Partager
ANNONCE

Il était une fois un pays qui se nomme Galsen. Dans ce beau pays, il se trouve que de tous les Directeurs d’établissements publics nommés par décret , un seul  s’est mis à l’œuvre et s’échine  inlassablement  à mériter la confiance  du Chef de l’Etat qu’il aime si bien qu’il lui est arrivé de financer un bouquin qui  le présente sous un beau jour. L’homme providence que l’on attendait pour nous sortir du sous développement.

On n’entend que la  resplendissante société de ce monsieur à l’ego démesurément grand si bien qu’il lui arrive de toiser des ministres. Et chose rarissime, il ne parle jamais de son ministre de tutelle encore moins du Premier ministre.  L’interlocuteur  de l’homme qui se fait appeler Docteur semble être son Président dont il dit être le serviteur.  Sa société est si florissante que partout dans le monde, des experts et génies viennent la visiter pour son bon management hors du commun. Et  presque chaque  trimestre, ou bien on lui  décerne un prix ou bien il  se paye des voyages pour aller  récupérer  des distinctions  pour ses bons résultats qui font des jaloux parmi les autres chefs d’entreprise.

Il suffit qu’on lui offre un bonbon pour qu’il ameute toute la presse de son beau pays  à qui il distribue à coups de millions des publicités où l’on vante ses mérites. Il est si narcissique que l’ on  a l’impression qu’il est le seul employé dans son entreprise. Celui qui fait tout et s’occupe de tout. L’homme sans qui la société serait en faillite. Sa dernière distinction en date a fait sourire dans les chaumières et salons huppés, tellement la photo qui illustre la publicité digne de l’époque pharaonique et  où on le voit dans un « Niangal » d’enfer tenant ses jouets , est grotesque. On dirait le vieux Nègre à la médaille.

Mais voilà, ces distinctions, on ne les offre qu’aux pauvres Nègres du continent et ce sont toujours des Toubabs à la manette.  Croyez-  nous, c’est du toc. C’est en fait comme un spectacle pour riches où il faut chèrement payer pour y entrer et voir son entreprise citée en exemple. C’est à l’image  de nos soirées tropicales  organisées par de vrais businessmen qui flairent les jolis coups. Bref, il faut passer à la caisse pour voir son entreprise citée parmi les plus florissantes.  Et on dilapide ainsi l’argent du pays pour des prestiges en espérant une nomination ministériel. On peut toujours rêver…

ANNONCE

LAISSER UN COMMENTAIRE