Partager
Publicité
Publicité

6,5 cm d’épaisseur et 3 mètres de haut pour se protéger d’éventuels actes terroristes.

Publicité


Les travaux de sécurisation de la Tour Eiffel entamés en 2017 sont presque terminés: une barrière de verre et des grillages reproduisant la forme de la Dame de Fer protègent désormais le monument parisien du risque terroriste, comme vous pouvez le voir dans la vidéo ci-dessus.

« Un des deux piliers de la sécurité, c’est la clôture en verre de 6,5 cm d’épaisseur » a indiqué Bernard Gaudillère, président de la Société d’exploitation de la Tour Eiffel (Sete), lors d’une visite du chantier organisée pour la presse.

La paroi de verre « est solide, à toutes épreuves et d’une sécurité absolue » face à d’éventuels tirs de balles, s’est enorgueilli le président de la Sete. Ce dispositif, « étudié avec la préfecture de police » pour trouver « les meilleurs moyens de garantir la sécurité », est complété par des plots anti-voitures-béliers, « particulièrement résistants ».

Publicité

L’enceinte en verre, de 3m de haut, protègera le monument le long du Quai Branly et de l’avenue Gustave Eiffel. Elle « permettra aux visiteurs de retrouver la perspective, classée, qui s’étend depuis le Champ-de-Mars jusqu’au Trocadéro » précise un communiqué de presse.

Des grilles métalliques ont été installées sur les deux autres côtés du périmètre, le long des jardins latéraux désormais intégrés à l’enceinte de la Tour Eiffel. C’est là que se trouvent les « alvéoles de sécurité » par où entreront les visiteurs.

Le chantier pour une sécurisation définitive a été lancé à l’automne 2017. « L’essentiel des travaux sera terminé à la mi-juillet », a annoncé Bernard Gaudillère, et les derniers ajustements seront terminés mi-septembre. « L’accès au parvis et aux jardins demeurera gratuit », a-t-il précisé.

« Les travaux n’ont pas fait diminuer le nombre de visiteurs », s’est-il réjoui, espérant entre « 6 et 7 millions » d’entrées en 2018.

La sécurisation du périmètre de la Tour Eiffel a coûté près de 35 millions d’euros à la Sete. Ces travaux s’inscrivent dans un plan de réorganisation de 300 millions d’euros, dont la plupart des objectifs doivent être atteints avant les jeux Olympiques de 2024.

 

huffingtonpost

Publicité
Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE