Partager

Une première ! Dans l’histoire politico-judiciaire du Sénégal. Car, jamais l’emprisonnement d’un homme politique n’a publiquement pris une tournure aussi osée, au point de vouloir mystiquement porter malheur au chef de l’Etat en place.

Une grande première

Des figures emblématiques de la vie politique Sénégalaise ont connu la prison. Le cas le plus remarquable est celui de Mamadou Dia, resté en prison des années durant.

Mamadou Dia, Président du Conseil de la République du Sénégal en décembre 1962, voulant démettre le Parlement de ses prérogatives qui a échoué, en dépit de son coup de force, est accusé de «tentative de coup d’État». Une motion de censure fut votée dans l’après-midi au domicile du président de l’Assemblée, Me Lamine Guèye.

Arrêté le lendemain, avec quatre de ses compagnons (Valdiodio Ndiaye, Ibrahima Sarr, Joseph Mbaye et Alioune Tall), par un détachement de paras-commandos, le Président du Conseil, Mamadou Dia, fut traduit devant la Haute Cour de justice et fut lourdement condamné, à la perpétuité. Peine qu’il devra purger dans une enceinte fortifiée à Kédougou, après une courte transition à la Prison de l’Ile de Gorée.

L’Internationalisation du combat

Ses avocats Me Robert Badinter (ancien Ministre de la Justice du Gouvernement de François Mitterrand), et un certain Me Abdoulaye Wade, ont porté le combat sur le plan international. Ainsi, durant son incarcération, des personnalités occidentales de premier plan et de célèbres intellectuels, François Mauriac, René Cassin (Prix Nobel de la Paix), Aimée Césaire et le Pape Jean XXIII, ont demandé sa libération. Mais Senghor resta de marbre. Ce n’est que 12 années plus tard, le 26 Mars 1974, qu’il consentit à le gracier, avant de l’amnistier, en avril 1976, à la faveur de l’institution du multipartisme au Sénégal.

Avec cette affaire aussi rocambolesque qu’extraordinaire, jamais le mysticisme n’a pas été évoqué de manière aussi publique, encore moins l’intervention des femmes dans me combat pour sa libération.

Après  les avocats, les politiques, les femmes à l’avant-garde du combat

 Rien que pour la libération de Khalifa Sall. Vêtues de noir, comme des femmes en veuvage, les inconditionnelles de Khalifa Sall ont pris d’assaut la cafétéria de Hann Bel-Air pour voir comment intensifier leur combat. Le lieu était trop étroit pour contenir ces femmes venues nombreuses dévoiler une partie de leur stratégie et surtout fixer le jour de leur marche.

«Aucun sacrifice ne sera de trop pour la libération de notre leader, Khalifa Sall. Nous allons combattre pour le libérer. Nous avons peaufiné un plan d’action avec tous les responsables. Le combat sera nationalisé. Nous avons démarré la mobilisation, aujourd’hui, à Hann Bel-Air et nous ferons autant dans toutes les communes de la région de Dakar et à l’intérieur du pays. Khalifa est en prison injustement, parce que notre justice est bâillonnée. Nous avons en face des incompétents, des moins que rien, des peureux. C’est pourquoi nous avons déterré la hache de guerre. Ce qui fait que nous nous sommes toutes vêtues de noir», a fait savoir Aïsatou Fall, présidente des femmes socialistes du département de Dakar.

 18 octobre, marche nationale

«Nous allons porter malheur à Macky Sall. Il arrivera un moment où il ne pourra plus sortir du palais parce que nous les femmes nous lui ferons des choses qu’il n’oubliera jamais durant toute sa vie. Il arrivera un moment où il nous suppliera. Chaque mercredi, il y aura une nouvelle forme de lutte. Nous ne ferons plus une marche de Dakar, mais une marche nationale qui verra la présence de tous les amis et sympathisants de Khalifa Sall. C’est pour cela que nous allons rapprocher la date de la marche au 18 octobre», a révélé Mme Aïssatou Fall.

Une arme redoutable contre Macky  

Elle ajoute : «Dieu a dit dans le Saint Coran que la meilleure arme de la femme, c’est de formuler des prières. Il a dit que tous les prophètes ont eu en face d’eux des ennemies qui leur ont causé des misères. C’est aujourd’hui que nous allons démarrer nos journées de prières. Nous avons plusieurs formes de lutte. Nous avons choisi les mercredis, comme c’est le jour que Dieu a dédié à la femme, pour formuler des prières pour Khalifa Sall. Dans ces prières, nous allons réciter la sourate « fili » et « massad » pour sauver Khalifa Sall des mains de son détracteur, Macky Sall, comme il l’a fait aux prophètes contre les ennemies de l’Islam. Les femmes sont aussi prêtes pour les mercredis de “tabati yada ». Nous sommes fatiguées, nous voulons que le Tout Puissant nous sauve de Macky Sall car Khalifa Sall a une mission à mener pour la ville de Dakar et le Sénégal»

 

LAISSER UN COMMENTAIRE