Partager
Publicité Home Page
Publicité 3

Les passagers du navire Aline Sitoé Diatta ont vécu le calvaire dans la nuit du vendredi à samedi sur le trajet Dakar-Ziguinchor. Les passagers rencontrés, à l’arrivée du navire au port de Ziguinchor disent avoir voyagé à bord avec une climatisation en panne. Conséquence, certains se sont évanouis, étouffés par le manque d’air au moment ou d’autre confient avoir passé une nuit blanche. Pour éviter les usagers demandent que des mesures soient prises immédiatement.

«Moi je ne peux pas comprendre qu’un bateau avec air métrique, c’est à dire des chambres à air métrique que la climatisation ne fonctionne pas, tout le monde ont passés la nuit au d’hors», a déploré Lansanna Camara.

Moustapha Ndiaye dit avoir passé une nuit blanche, dans des conditions insoutenables. «De minuit à 06 heures du matin, on n’a pas fermé l’œil, par ce que c’est vers 00 heure que nous avons sentis que les chambres deviennent sont devenues insupportables. Il n’y avait pas d’aération ni d’air et c’était un risque et c’est déplorable », a-t-il dit Moustapha Ndiaye.

Publicité
Publicité 1

Ces usagers s’insurgent contre la défectuosité de la climatisation et dénoncent ce qu’il qualifie de traitement inhumain réservé aux passagers du navire Aline Sitoé Diatta. «Nous sommes des êtres humains, nous ne sommes pas des animaux et on doit nous traiter comme des personnes, mais pas d’encaisser l’argent des passagers et de les traiter comme des bêtes», a-t-il laissé entendre.

Selon Antoine Diémé enseignant à la retraite qui a également voyagé à bord du navire, «il faut alerter sur ce qui peut découler de la négligence dans la prise en charge des problèmes du navire».
L’histoire du diola doit servir d’exemple a expliqué Pape Madiara Ndiaye opérateur économique, c’est pourquoi, il invite les autorités à régler ce problème dans les plus brefs délais.
Les passagers du navire Aline Sitoé Diatta ont donc sonné l’alerte, les autorités sont donc interpellées.
Pape Ibrahima Diassy / SENEGAL7

Publicité
Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE