Partager
Publicité Home Page
Publicité 3

La sortie, hier, du Procureur de Pikine accréditant la thèse d’un crime crapuleux, donc pas politique, offre des contre-arguments de poids aux éléments de la majorité. Responsable de l’Alliance pour la République dans la banlieue de Dakar et à Ourossogui (région de Matam), Abou Abel Thiam s’en est pris à ceux qu’il appelle les «cassandre». «Dès l’annonce du meurtre de la dame Mariama Sagna de Keur Massar (Paix à son âme), des esprits irresponsables se sont empressés d’instiller des allusions présentant cette affaire comme un assassinat politique. Se fondant sur l’appartenance politique de la défunte, les tenants du tout-politique, adeptes de tous les moyens pour parvenir à leurs fins chimériques, ont porté des accusations graves», dit-il dans une déclaration postée sur sa page facebook. «On ne saurait, évidemment, compter sur une quelconque honnêteté de la part de ces irresponsables pour battre leur coulpe et retirer leurs propos gros de tous les dangers. Ils ont tenté d’utiliser précipitamment et honteusement cette affaire : quelque part ils sont même déçus que les faits éclairés par l’enquête n’orientent pas vers la thèse qu’ils ont tenté d’accroire en toute irresponsabilité !», ajoute-t-il.

Publicité
Publicité 2

Dans sa salve, le Président de l’Autorité de régulation des télécommunications et des postes n’a pas épargné les organisations de droits de l’homme qui, selon lui «ratent, encore une fois, l’occasion de flétrir ces dérapages, pensant que leur cible exclusive doit être le pouvoir».

Publicité
Publicité

SENEGAL7TV

LAISSER UN COMMENTAIRE