Partager
Publicité Home Page
Publicité 3

Le Procureur de la République près le Tribunal de grande instance de Pikine, a permis de lever un coin du voile sur les circonstances et le mobile du meurtre de Mariama Sagna, militante du Pastef, violée et tuée par deux charretiers à son domicile à Keur Massar. En effet le maître des poursuites écarte toute connotation politique de cette affaire.

Publicité
Publicité 2

L’affaire du meurtre de Mariama Sagna, militante du Pastef fait toujours parler d’elle. Lors du drame, les bourreaux de Mariama Sagna ne se sont pas limités au viol et à la strangulation à l’origine  de son décès, les deux acolytes ont emporté le téléviseur. « Arrêté et entendu, Ousseynou Diop a déclaré que le téléviseur à été remis à  un certain Khadim Guèye, qui habite Keur-Massar. Celui-ci a soutenu avoir rendu l’appareil à Saliou Diop, qui l’a ensuite remis à sa mère, Fatou Bintou Thiam, établie à Niacourab. Le transport effectué au domicile de cette dernière a confirmé cette thèse, la télévision y étant retrouvée soigneusement enveloppée dans un tissu et rangée dans la chambre de la maitresse des lieux.»Ainsi à la lumière des informations qu’il a bien voulu fournir aux journalistes, le Procureur Amadou Seydi a écarté le mobile politique, rapporte l’Observateur. D’ailleurs, le maître des poursuites  a indiqué le certificat de genre de mort, établi le 09 octobre 2018, au nom de Mariama Sarr Sagna, qu’elle est décédée à la suite d’une asphyxie mécanique par strangulation et que la présence de signes d’agression sexuelle a été notée. (…).

Assane SEYE-Senegal7

 

Publicité
Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE