Partager

Le directeur de la communication du ministère de l’Education nationale a souhait levé toute équivoque consistant à dire que l’Etat veut fermer les écoles Yavuz Selim. « C’est le chef de l’Etat qui définit la politique étrangère. Il a la prérogative de choisir avec qui coopérer. Et dans ce dossier, le chef de l’Etat a tranché et a préféré l’Etat de l’Etat turc au groupe Yavuz Selim. Yavuz Selim, c’est 3 000 élèves alors que 13 millions de sénégalais ont intérêt à ce que le Sénégal garde ses relations avec la Turquie. La Turquie, c’est plus de 100 millions dollars dans le Pse. Et le chef de l’Etat ne va pas cacher dessus. Dans cette affaire, nous préférons la Turquie à Yavuz Selim. C’est désolant mais c’est la réalité », dit Mouhamed Moustapha Diagne dans le journal L’AS.

Il estime que l’Etat ne peut pas mettre les intérêts d’un groupe d’une association au-dessus des intérêts du plus grand nombre. Il n’a pas manqué de dénoncer un « nationalisme déplacé » chez certains individus qui selon lui n’a pas sa raison d’être d’autant que la décision  de rompre avec les administrateurs de Yavuz Selim S A provient du citoyen le mieux informé du pays et qui préserve les intérêts du Sénégal.

Senegal7

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE