Partager
Publicité Home Page
Publicité 3

Après avoir attaqué le candidat Ousmane Sonko à travers une contribution, publiée dans la presse locale, Ahmed Khalifa Niasse est revenu largement sur le sens de ses propos sur le plateau de l’émission « Face to Face » de ce dimanche sur la Tfm.

Selon lui, le leader de Pastef-les patriotes est quelqu’un dont le discours est loin d’être républicain, lui qui a déclaré que les « fonds politiques » sont « haram » c’est à dire illicites. Lorsqu’il était inspecteur des impôts, Sonko a bénéficié de fonds communs qu’il n’a jamais qualifié de « haram », s’offusque M. Niasse qui rappelle encore une fois que le patron des patriotes a milité, par le passé, dans des associations et mouvements dont la philosophie était très proche du salafisme.

Publicité
Publicité 1

« S’il est salafiste, qu’il le reconnaisse publiquement et ce sera aux sénégalais de décider s’ils veulent le porter à la magistrature suprême ou non », lui conseille Ahmed Khalifa, qui définit le salafisme comme étant une doctrine ou une école qui remet en cause les confréries religieuses au Sénégal.
« Ils (les salafistes) ne reconnaissent pas Serigne Touba, Maodo Malick, Baye Niasse et les autres chefs religieux sénégalais qui ont participé à l’expansion de l’Islam au Sénégal », dénonce M. Niasse.
En somme, le marabout n’a pas reculé d’un iota dans ses accusations à l’endroit de Ousmane Sonko, considéré comme l’un des plus redoutables challengers du président Macky Sall pour l’élection présidentielle de 2019.

Cheikh KANE / SENEGAL7

Publicité
Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE