Partager
Publicité

A la peine depuis le début de saison, Gerard Piqué est encore directement impliqué sur le but valencian, dimanche, lors du match nul concédé par le Barça à Mestalla (1-1).
A son avantage, mercredi, en Ligue des champions sur la pelouse de Tottenham (2-4), le Barça est déjà retombé dans ses travers en Liga. En visite à Valence, les Catalans n’ont en effet pu faire mieux que match nul (1-1), enchaînant un quatrième match de rang sans victoire après leur défaite à Leganes (2-1) et deux matches nuls contre Gérone (2-2) et l’Athletic Bilbao (1-1). De quoi permettre au FC Séville de les détrôner en tête du classement.

Fidèle à ses bonnes habitudes, Lionel Messi y a certes été de son but, son 10e en 10 matches toutes compétitions confondues, mais les hommes d’Ernesto Valverde avaient été plombés dès la 2e minute de la rencontre par une nouvelle bourde de Gerard Piqué, auteur d’une passe décisive involontaire pour Ezequiel Garay à la réception d’un corner. Ce qui n’arrange évidemment pas le cas de l’ancien Mancunien, pointé du doigt depuis le début de saison.
Trop rarement à son avantage et déjà coupable sur un but lors de la défaite concédée à Leganes, l’international espagnol cristallise en effet les critiques depuis plusieurs semaines. Critiques auxquelles il a tenu à faire face à l’issue de la rencontre. « Le Barça a toujours été une équipe très offensive et on doit donc être très solide derrière pour compenser. On le sait et on doit encore s’améliorer », a tout d’abord rappelé le défenseur catalan. Et ce avant d’évoquer son cas personnel.

Publicité

« Je suis bien physiquement mais j’ai commis une grosse erreur contre Leganes. Je suis très observé et les gens attendent mes erreurs. Dès que le Barça prend un but, c’est de la faute de Piqué. Ça fait plaisir aux médias, ça les met en lumière », a-t-il ainsi déploré, ajoutant: « C’est le jeu. Je suis le joueur le plus vieux derrière et très exposé. Du coup quand les choses ne se passent pas bien, je suis toujours le premier responsable. » Ces dernières semaines, à raison…

Publicité
Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE