Partager
Publicité Home Page
Publicité 3

La Teranga Sénégalaise qui a toujours fait la fierté de ce beau pays où « tout le monde est presque tout le monde » devient au gré des clivages politiques et des manœuvres politiciennes, un pays de paradoxes, de lynchages médiatiques, d’insultes crues et de manipulations toutes azimutes pour des raisons purement électoralistes. Ce beau pays qui est jadis perçu comme une vitrine démocratique en est devenu une jungle politicienne où il ne fait plus bon d’organiser des élections transparentes et régulières.

Publicité
Publicité

Les Sénégalais vivent présentement dans une atmosphère d’adrénaline intenable en raison des signes  annonciateurs d’une présidentielle qui ne rassurent personne dans ce havre de paix où l’organisation correcte des élections procédait jadis d’un acquis démocratique inamovible. Mais voilà, c’est comme si l’histoire des pages sombres des élections controversées qui se sont déroulées dans ce pays,  est en train d’être ressuscitée inconsciemment. Imaginer l’inimaginable ne saurait tirer d’affaire le sénégalais qui voudrait avoir une petite idée de ce que lui réserverait la prochaine échéance majeure. Les acteurs politiques du pays ne savent plus se retenir dans leur propension à l’insulte, à l’invective, la surenchère, la manœuvre, le stigmatisation, le lynchage médiatique, le mensonge, l’intoxication et même l’ignominie. Les politiciens se tirent dessus comme des gladiateurs qui se coupent les bras à coups d’épée. Les menaces se faisant plus accrues, les dérives autoritaires plus vivaces, l’instrumentalisation de la Justice plus actuelle que jamais. Chaque camp use de ses « armes non conventionnelles » pour tenter de détruire ses détracteurs, l’essentiel étant de persister dans la haine, la délation et l’irresponsabilité totale pour assouvir ses desseins. A présent, tous les Sénégalais ont peur de la prochaine présidentielle. Tout le monde a peur et tout le monde s’attend au pire. Parce que rien n’est clair dans tous les esprits qui aspirent à diriger ce pays. Tout est confus, tout est noir et tout est à la milite abject. Et pourtant, l’on fait semblant que tout va pour le meilleur des mondes possibles. L’on ne saurait présumer d’un chaos généralisé en 2019 mais au fond, rien n’est fait pour éviter un tel scénario de l’ordre contingent. En tous les cas, qui vivra verra !

Assane SEYE-Senegal7

Publicité
Publicité

SENEGAL7TV

LAISSER UN COMMENTAIRE