Partager

Alors que Lyon avait ouvert le score par Lacazette, Guingamp a renversé le match, et s’est imposé grâce à des buts de Diallo et Benezet, lors de la 25e journée de Ligue 1.
Guingamp a bien exploité la passivité lyonnaise
Guingamp a tout renversé. Mené après dix minutes de jeu (lire le paragraphe suivant), l’équipe bretonne a finalement battu Lyon (2-1), en marquant deux fois en première période. Efficaces dans le dernier geste, les hommes d’Antoine Kombouaré ont parfaitement exploité les largesses de la défense des Gones. Comme souvent cette saison, celle-ci a pêché par une passivité criante, mise en lumière, samedi, par les contre-attaques expéditives des Guingampais.

A la 30e minute, Marçal a récupéré le ballon près de la surface, et l’a immédiatement transmis à Jimmy Briand. Jamais inquiété par un pressing adverse, l’ancien Lyonnais a tranquillement remonté le terrain, avant de décaler Nicolas Benezet sur sa gauche. Celui-ci a centré en première intention dans la surface. Yannis Salibur s’y trouvait, mais perspiscace sur l’action, il a feinté, et laissé le ballon filer. Moustapha Diallo suivait, et a marqué sa quatrième réalisation de la saison, d’un plat du pied.

Quelques minutes plus tard, Guingamp a récidivé, toujours en contre-attaque. Lancé en profondeur, Salibur s’est joué de la défense lyonnaise, en crochet et dribbles. Ensuite, il a adressé un centre pour Benezet. L’ancien joueur de Caen a doublé la mise de la tête, sans avoir à sauter, et en étant entouré trois adversaires (Christophe Jallet, Mapou Yanga-Mbiwa et Lucas Tousart), étrangement immobiles (34e).

Lacazette a répondu aux critiques, mais il n’a pas été suffisant
Jean-Michel Aulas le disait «touché» d’avoir fait l’objet de sifflets, mercredi, face à Nancy (4-0), malgré son but et sa passe décisive. Une fois de plus, Alexandre Lacazette a répondu sur le terrain. A Guingamp, l’international français a ouvert le score, et a prouvé que l’attaquant numéro un de Lyon, c’était lui. Son but a été limpide, autant dans sa contruction que sa finition. A l’origine d’un une-deux avec Jérémy Morel, l’attaquant a, par la suite, profité d’un travail intelligent de Nabil Fekir, qui a laissé le ballon passer entre ses jambes, pour enchaîner par une frappe enroulée à l’entrée de la surface (10e). La célébration qui a suivi en a dit beaucoup sur la climat actuel autour du club. Enserrés sur Lacazette, ses coéquipiers voulaient avant tout montrer qu’ils faisaient front face aux critiques.

Entré en jeu, Memphis ne rassure pas encore
C’était la surprise de la composition lyonnaise, concoctée exceptionnellement par Gérald Baticle, Bruno Genesio étant malade. Memphis Depay, la recrue phare de Lyon, était sur le banc, alors qu’il n’est pas qualifié pour le prochain match du club, en C3, et que Mathieu Valbuena est blessé. Entré en jeu à la 67e minute à la place de Rachid Ghezzal, le Néerlandais a peiné à se distinguer au Roudourou. Oui, Memphis ne dispose pas encore de tous ses moyens physiques, lui qui a été écarté pendant plusieurs mois à Manchester United. Mais à Guingamp, l’ancien Red Devil s’est rarement montré inspiré dans ses choix les plus simples. Pourtant, ses premières minutes avaient été encourageantes avec, à la clé, une frappe enroulée qui a flirté avec le poteau (68e). Par la suite, l’ex-attaquant du PSV Eindhoven s’est montré trop brouillon pour espérer faire une différence. En toute fin de rencontre, il a même raté une tête étonnante (90+4e), qui aurait pu sauver sa prestation, et celle de son équipe, si elle avait été maîtrisée.

Source : France Football

LAISSER UN COMMENTAIRE