Partager
(FILES) This file photo taken on January 26, 2014 shows a traveler walking past a newly-opened TSA Pre-check application center at Terminal C of the LaGuardia Airport on Once approved, travelers can use special expidited Precheck security lanes. They can also The United States is poised to ban large electronic devices such as laptops or cameras on board flights from up to a dozen Middle East nations, according to two airlines from the region and media reports. The move would mark the latest attempt by US President Donald Trump's administration to tighten security at US borders, after its bid to curb travel from a group of Muslim majority nations was twice blocked by the courts. / AFP PHOTO / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / JOHN MOORE

Les Etats-Unis s’apprêtent à interdire à partir de mardi aux passagers embarquant sur des vols en provenance de plusieurs pays du Moyen-Orient d’emporter en cabine des appareils électroniques, comme des tablettes ou des ordinateurs portables, selon plusieurs médias et les tweets de compagnies.

Sur son compte officiel Twitter, la compagnie Saudi Airlines prévient que « les ordinateurs portables et les tablettes ne sont pas autorisés sur les vols vers les Etats-Unis ».

« Les téléphones cellulaires et les appareils médicaux nécessaires pendant le vol sont exclus de cette interdiction », a dit de son côté la compagnie jordanienne Royal Jordanian dans un tweet à l’intention de ses clients diffusé lundi dans l’après-midi.

Le tweet a ensuite été effacé par la compagnie. Des médias américains ont expliqué que la nouvelle régulation, prise pour des questions de sécurité, devait rester pour l’instant confidentielle.

« Les appareils interdits, par exemple les ordinateurs portables, les tablettes, les appareils photo, les lecteurs de DVD et de jeux électroniques… etc., doivent être emportés dans des bagages enregistrés » donc placés en soute, expliquait également la compagnie dans ce tweet.

Ces régulations concerneraient treize pays, selon le journal The Guardian. Le Financial Times a indiqué que la mesure visait les compagnies de 8 pays.

Le ministère américain de la Sécurité intérieure (DHS) s’est de son côté refusé à tout commentaire et a dit qu’il fournirait des « informations lorsque ce serait approprié ».

LAISSER UN COMMENTAIRE