Partager

Aveu d’impuissance d’un des chantres du régime de Macky Sall ! L’ancienne Première ministre, Aminata Touré, co-animant un panel avec le ministre de l’Enseignement supérieur, Mary Teuw Niane sur le thème : «Jeunesse et Emergence», a déclaré ce lundi, à l’amphithéâtre de rentrée de Ensup Afrique au Centre international de commerce extérieur du Sénégal (CICES), que l’Etat n’est pas en mesure d’octroyer 10.000 emplois par an.

«L’Etat, même dans ses meilleurs jours, ne peut pas recruter plus de 100.000 fonctionnaires. Il faut que les entreprises s’y mettent par les offres de formation et les orientations des demandeurs d’emplois», a lancé Mimi Touré.

Pour elle, dans un pays en développement comme le Sénégal, où la majorité de la population est jeune et à forte dominante féminine, la formation technique à-même de répondre aux exigences du marché du travail, est nécessaire. «Il faut des écoles de formation professionnelles pour les différentes filières que demande notre économie. L’équation, c’est de faire converger les formations avec les demandes d’emploi sur le marché», a conseillé l’ancienne Première ministre.

Toutefois, pour en arriver là, Aminata Touré a indiqué qu’il «va falloir encore travailler». Et ce travail, selon elle, repose sur  le renforcement du statut de la femme dans le secteur de l’éducation. En effet, a-t-elle relevé, certes, la situation de cette couche de la société est un handicap, mais il n’est pas impossible de redresser cette courbe.

«Une forte représentation des jeunes dans la société nécessite de forts taux d’investissements du Gouvernement. Plus les femmes vont à l’école et réussissent, plus elles contrôlent leur maternité», a affirmé Mimi Touré, invitant les jeunes au travail. «Un pays se développe par la qualité de ses ressources humaines. Je souhaiterais que la jeunesse de mon pays ne soit pas spectatrice de son développement, mais un acteur discipliné», a-t-elle dit.

Et l’ancienne Première ministre d’en vouloir pour preuve : «en 1970, le Sénégal avait le même PIB que la Corée. S’il y a aujourd’hui, une nette différence entre les deux pays, c’est que la Corée a su développer la culture de la discipline», a-t-elle conclu.

Quant au ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, exposant sur le thème : «Enseignement Supérieur et Politique de l’Etat», il est revenu dans les réalisations et la modernisation de la carte universitaire du Sénégal. Cependant, malgré le débat sur la réduction ou non du mandat du Président, les deux dignitaires n’ont pas voulu évoquer la politique.

 (Actusen.com)

LAISSER UN COMMENTAIRE