Partager

Le village de Faghotte, situé dans la commune de Niaguis, fait partie des localités qui ont été le plus éprouvés par le conflit casamançais. Ses habitants qui vivaient presque dans un eldorado avaient été contraints de prendre le chemin de l’exil en 1992, aux temps forts des hostilités, laissant derrière tous leurs biens.
Après près de 20 ans d’exil, les populations commencent à retourner petit à petit et la première chose qui frappe l’œil d’un visiteur qui débarque aujourd’hui à Faghote, ce sont les forêts de manioc qui s’étendent à perte de vue entre les concessions et tout autour du village, témoin de la fertilité du sol. Tous les espaces réoccupés par les familles, revenues ont été avalés par ces forêts qui forment un rideau esthétique dans tout le village. Ce décor cache mal cependant le dénuement dans lequel se trouvent les populations qui tentent tant bien que mal de réinventer ce village qui avait été complétement rayé de la carte. Ce travail se fait sous la houlette du chef de village, Alfousseyni Coly, entouré d’un groupe de personnes parmi lesquelles un certain Daouda Diédhiou, un agent de la poste très déterminé qui joue presque le rôle de chef d’orchestre.
De l’avis de Alfousseyni Coly, le chef de village de Faghotte, cette localité était la référence dans l’arrondissement de Niaguis et particulièrement sur le plan agricole.
IMG_3940‘’Faghotte était le village de référence de l’arrondissement de Niaguis. Sur le plan agricole, on avait une vallée qui faisait des dizaines d’hectares. D’ailleurs, c’est ici que les Chinois, lorsqu’ils sont venus en 1969, ont expérimenté une nouvelle variété de riz. Avec ce riz, nous faisions trois récoltes. Donc on avait des récoltes en abondance toute l’année’’, confie t-il avant d’ajouter qu’ils y avaient expérimenté également une variété de melons et les ont dotés d’infrastructures adéquates.
‘’Ils avaient expérimenté aussi des melons et les récoltes étaient vendues au marché de Ziguinchor. Et ils nous avaient dotés d’infrastructures très adéquates et du matériel agricole tels que des tracteurs, des batteuses, des moulins à riz et des machines pour chasser les oiseaux. Donc on avait tout pour mener une vie normale’’, rappelle t-il.
Mais hélas, cette vie que certains villages voisins leur enviaient sera interrompue par l’intensification du conflit casamançais qui a obligé de milliers de villageois de la région à prendre le chemin de l’exil.
‘’Les populations avaient fui à cause du conflit casamançais qui avait affecté le village et elles sont restées pendant dix-huit ans à l’exil. Mais, nous n’étions pas à l’aise dans nos lieux de refuge notamment en Guinée-Bissau parce qu’on nous prêtait des champs et quand ceux-ci sont bien défrichés, les propriétaires les reprenaient. C’est pourquoi nous sommes revenus parce que nous n’avions pas la paix là-bas dans la mesure où nous ne pouvions pas nous nourrir convenablement. C’est ainsi, après plusieurs congrès, nous avons amorcé le processus du retour. Et vous voyez aujourd’hui que les populations se sont réinstallées avec un appui du CICR qui nous a octroyés des tôles, des rôniers, des clous et nous a foncé un puits. Cela a beaucoup encouragé le retour des populations’’, note Alfousseyni Coly qui ajoute :
IMG_3924‘’Aujourd’hui, puisque nous avons des terres fertiles, propices à l’agriculture, nous cherchons auprès du gouvernement un appui conséquent nous permettant de renouveler le matériel agricole et les infrastructures sociales de base que nous avions auparavant parce qu’avant notre exil, nous n’envions pas à d’autres villages. Nous avions un dispensaire, une maternité, une école, un magasin de stockage de produits et une batteuse moderne. Donc si nous parvenons à avoir tout cela, et si, avec l’appui du Pôle de développement de Casamance (PPDC), on nous restaure le barrage anti-sel qui protégeait notre vallée de la remontée de la langue salée, nous allons nourrir une partie du Sénégal. Nous avons déjà plusieurs spéculations ici comme le manioc, la patate, le sésame, le mil, le riz, les haricots,… L’année passée, nous avons cultivé plus de dix hectares de sésame malheureusement, on n’avait pas d’acheteurs, il y a même un stock qui traîne encore là’’.
Relier ce village est devenu aussi un véritable casse-tête, la seule route qui existait ayant presque disparu à cause de l’absence de l’homme. Aussi, sa réhabilitation fait partie du chapelet de doléances listées par le chef de village.
‘’Nous souhaitons que le gouvernement nous réhabilite la route, quand vous prenez un transporteur pour venir ici il vous taxe cher parce que la route qui nous relie à Niaguis, donc au goudron, n’est pas praticable, or c’est elle qui relie tous les villages de la zone. Ce qui permettrait, puisque nous avons beaucoup de vergers ici, de convoyer facilement et rapidement les produits de la localité’’.
Alfousseyni Coly indique que c’est en 2005 que lui et son équipe ont commencé à baliser le chemin pour un éventuel retour des populations à Faghotte. Un retour qui a commencé à se matérialiser en 2008 avec l’appui d’organisations humanitaires, mentionne t-il.
‘’C’est en 2005 que nous exilés de Faghotte avons commencé à tenir des congrès pour préparer le retour, le premier a eu lieu à Djibélor, le second à Niaguis et le troisième ici même à Faghotte. C’est ce dernier congrès qui a amorcé le retour. Certaines ong comme Ajac Ululaal nous ont beaucoup aidés en nous donnant des conseils et même du matériel agricole. Le CICR nous a aussi beaucoup soutenus, la coordonnatrice est venue jusqu’ici, ils nous ont assistés en offrant des tôles et des clous à ceux qui ont reconstruit leurs maisons. Si nous pouvons avoir un tel appui encore, avec le gouvernement, cela faciliterait vraiment le retour des populations vivant encore à l’exil. Aujourd’hui une bonne partie de nos exilés tape sur la porte du retour. Nous sollicitons aussi une aide en vivres pour permettre, pendant quelques mois, aux populations qui reviennent d’assurer leur survie. La surpriorité aujourd’hui, pour nous, c’est l’eau pour permettre aux populations de reconstruire leurs maisons. Il nous faut aussi un poste de santé et une école car nos enfants font tous les jours 6 km en aller et retour pour pouvoir étudier.
Pour le vieux Djibril Sané, Faghotte est un village à vocation agricole donc le souhait des populations c’est d’obtenir du matériel agricole pour reprendre cette activité.
‘’Ce que nous souhaitons, c’est d’obtenir des moyens pour reprendre l’agriculture, des tracteurs, des motoculteurs, des décortiqueuses et des moyens de maraichages pour les femmes. Nous travaillons beaucoup ici, mais nous le faisons manuellement. Dans le passé, la mission chinoise nous avait beaucoup aidés, nous faisions trois récoltes par an ici. On se partageait ces récoltes et le reste on le vendait. Ces mêmes Chinois nous avaient aidés à faire du maraichage, on produisait des pastèques, des melons, la patate et beaucoup d’autres légumes. Nous regrettons vraiment leur absence. S’ils étaient encore là, aujourd’hui, on allait habiter dans des maisons modernes et non en banco. Et comme vous l’a dit le chef du village, il nous faut de l’eau, une route et de l’électricité pour pouvoir revivre paisiblement ici. Nous voulons aussi des mosquées en tant que musulmans’’.

Mamadou Alpha Diallo

LAISSER UN COMMENTAIRE