Partager

Toutes les occasions sont bonnes aux politiciens pour dérouler leur domaine de  prédilection. En l’occurrence de la bamboula politicienne  en bonne et dû forme. Hier, l’appel aux concertations sur le pétrole et le gaz du chef de l’Etat a tourné en meeting déguisé. Ses partisans  lui ont en effet tressé des lauriers dignes d’un second mandat déjà en poche.

Si le chef de l’Etat est dépeint comme la clé de voûte des Institutions, il n’en demeure pas moins vrai qu’il est aussi la clé de voûte de la politique politicienne dûment élaborée. En effet hier, lors des concertations sur le pétrole et le gaz qu’il a initié, nonobstant la présence massive de tous les acteurs de la vie nationale, les éloges et tout ce qui touche au ticket du second mandat du Président de la République ont été les pièces maitresses de cette rencontre. Tandis que chefs religieux et Lébous priaient pour  son obtention d’un second mandat, Le président de l’assemblée nationale, Moustapha Niasse  lui a renouvelé son allégeance et sa soumission. « Nous vous accompagnerons jusqu’à la limite de nos moyens », assène-il au Président Macky. Du coté de l’opposition, c’est le blackout du chef de l’Etat qui a préféré procéder théoriquement à la répartition des revenus, à la création de l’institut du gaz et  des pétroles, au respect des normes environnementales, ainsi qu’au respect du Sénégal des normes de l’Itie. Et pour démontrer le caractère carnavalesque de cette rencontre, les patrons de Petrosen et du Cos Petrogaz ont pris la parole pour s’appesantir sur la politique de la gestion des ressources gazières et pétrolières du chef  de l’Etat. Seul le professeur Malick Ndiaye a dû sauver la mise par un discours patriotique face aux sénégalais. « Une nation, c’est tout le monde. Cela revient à dire que des partis politiques qui sont au pouvoir, les forces de l’opposition et la société civile doivent discuter ».Ce dernier a cependant déploré l’absence de l’opposition dite significative à cette rencontre .Et le chef de l’Etat d’apprendre à ses adversaires politiques qu’ils ne doivent pas mélanger institutions et politiques.

Senegal7

LAISSER UN COMMENTAIRE