Partager
Publicité Home Page
Publicité 3

Depuis l’Indépendance du Sénégal, les résultats issus des urnes ont toujours été contestés. De 1988 à 1993, les violences les plus inouïes issues de la présidentielle ont plus marqué le landerneau politique Sénégal, avec des morts d’hommes, des arrestations et des emprisonnements à la belle, mais jamais les contestataires, principalement Me Wade, n’a poussé loin le bouchon au point de vouloir mettre en place un gouvernement parallèle.

C’est à cette aventure qu’Idrissa Seck et Cie, membres des Forces démocratiques du Sénégal (Fds) comptent se lancer en mettant en place des institutions libres pour organiser de nouvelles élections libres et transparentes. Elles entrent ainsi en rébellion. Une aventure périlleuse, car ils risquent de payer cher leur entêtement politique.

Une aventure périlleuse…

Le patron de la coalition «Idy 2019» et Cie, ne sont pas sortis idem de la présidentielle du 24 février dernier. Ils ne croient toujours pas à leur défaite tellement, cette élection a été pour eux une étape déterminante dans leur course au fauteuil présidentiel. Refusant de féliciter le président réélu, Idrissa Seck et les membres des Forces démocratiques du Sénégal entrent en rébellion en se projetant de mettre en place un gouvernement parallèle, le 1er avril prochain. Une aventure risquée, mais périlleuse, car le régime en place ne va jamais se laisser distraire dans une telle aventure. Parce que force restera à la loi.

Les Forces démocratiques du Sénégal (Fds), avec à la tête le leader de Rewmi, Idrissa Seck, proposent l’installation d’un gouvernement parallèle le 01 avril prochain et appellent l’opposition à la radicalisation.

Publicité 1

Babacar Diop et Cie estiment que les forces de l’opposition doivent procéder à un sursaut national avec toutes les franges de la société Sénégalaise pour choisir la personne qui doit diriger ce «gouvernement».Cette personne, à les entendre, sera chargée de mettre en place des institutions libres pour organiser de nouvelles élections libres et transparentes.

Publicité

Il est inconcevable qu’un tel projet prenne forme dans un pays où la démocratie a abouti à deux alternances en un tems record. Mieux, dans un pays où les institutions fonctionnent normalement, au sortir de la présidentielle du 24 février, avec un président largement élu avec pas moins de 58% des voix.

«Le jeu démocratique, c’est aussi accepter le verdict des urnes»

C’est la réplique apportée par Benno Bokk Yaakaar à Idrissa Seck et à sa suite qui continuent toujours de rejeter les résultats publiés par le conseil constitutionnel.

«Cette nouvelle tentative d’installer le Sénégal, notre pays, dans une campagne électorale permanente, à la suite de la publication de faux résultats par le même candidat et sa coalition ; une obsession continue pour le pouvoir ne saurait justifier de telles postures qui renient l’expression démocratique du peuple souverain. Le jeu démocratique, c’est aussi accepter le verdict des urnes, quel qu’il soit. Pour nous, le pouvoir n’est pas une fin en soi », a dénoncé la coordination des cadres de Benno Book Yaakaar à travers un communiqué.

Par conséquent, la Coordination appelle tous les acteurs au respect de la volonté du peuple qui «ne souffre d’aucune équivoque, au regard des 2,5 millions de suffrages valablement exprimés en faveur du candidat de Benno Bokk Yaakaar, le Président Macky Sall, un score qui triple pratiquement celui du candidat arrivé second à l’élection du 24 février 2019».
senegal7

Publicité
Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE