Partager

LES HOMMES DU COMMISSAIRE CENTRAL DE POLICE DE GUÉDIAWAYE, SANOU DIOUF, ONT INTERPELLÉ PUIS CONDUIT DANS LEURS LOCAUX MAURICE NGOMA. CELUI-CI EST ACCUSÉ D’ÊTRE L’AUTEUR DU COUP DE COUTEAU MORTEL REÇU PAR SA NIÈCE NDÈYE ASTOU SARR. IL EST PRÉSENTEMENT EN GARDE-À-VUE DANS LA CHAMBRE DE SÛRETÉ DE LA POLICE, OÙ IL ATTEND DE SE SOUMETTRE À L’EXERCICE DES QUESTIONS ET RÉPONSES DES FLICS ENQUÊTEURS.

Les remontrances de Tonton Maurice Ngoma contre sa nièce Ndèye Astou Sarr, 30 ans, ont viré au drame, ce samedi matin 11 février 2017, vers les coups de 11 heures, au quartier Cheikh Wade de la commune de Ndiarème Limamoulaye de Guédiawaye. Il y a eu auparavant une violente prise de bec suivie d’altercation sanglante entre eux. L’oncle faisait tout le temps des réprimandes à la fille, qui serait agressive, belliqueuse en diable et surtout de mœurs légères. Piquée au vif par les reproches, Ndèye Astou Sarr se braque, bombe le torse et tient des propos irrévérencieux envers le frère utérin de sa maman. Celui-ci s’énerve, hausse le ton et lève la main pour fouetter la demoiselle à la peau dépigmentée à outrance. Du sang perle sur le visage de la jeune femme.
A la vue de son sang dégoulinant, Ndèye Astou bout de rage, jure de se venger et court comme une forcenée pour aller chercher des objets contondants. Elle arrache la porte d’une armoire, ressort de la chambre et balance le projectile dans la direction de son oncle. Elle s’empare ensuite d’une bouteille, la casse contre le mur et fonce sur lui. Ngoma craint pour sa vie, s’empare d’un couteau et se met sur la défensive. Il esquive la charge de sa nièce, la prend à défaut et lui plante un coup au flanc gauche du corps.
Très mal en point, Ndèye Astou hurle de douleur, renonce à la bagarre et appelle au secours. Elle se tient la partie atteinte, court dans tous les sens et sollicite de l’aide. Elle se dirige vers la chambre de sa mère, s’écroule à l’intérieur et se débat au sol. Elle saigne par flots, perd davantage de forces et pique des vertiges. Elle affiche des yeux révulsés, pousse des soupirs étouffés et meurt.

Il poignarde la mère de la fille, la sœur de celle-ci, blesse leur colocataire gendarme Djigal et son épouse Aminata
Choquée par le décès tragique de sa fille, soufflent nos informateurs, la maman Ndèye Dieng, et sa fille Mame Fatou Sarr, crient à la vengeance, prennent des objets et se ruent sur Ngoma. Lequel organise la résistance, réajuste son couteau et les poignarde tour à tour. Dans sa furie meurtrière, il assène par inadvertance un coup de couteau à leur colocataire gendarme Babacar Djigal, dit Mbaye Djigal (en état de convalescence), que son épouse Aminatou a appelé en catastrophe en vue d’intervenir pour s’interposer et séparer les protagonistes. La bonne dame a été blessée également par Tonton Maurice par couteau au niveau du bras droit au cours de la bagarre. Tout comme son époux de pandore, qui a reçu le coup de couteau au bas-ventre lorsque l’oncle Ngoma cherchait vaille que vaille à sauver sa peau et à se défendre des assauts de vengeance de la maman de la victime et de la frangine de cette dernière.

Les 3 blessés admis aux urgences de l’hôpital Principal de Dakar. L’épouse du gendarme – poignardée au bras droit dans la mêlée – est rentrée chez ses parents
A notre passage à la maison mortuaire, avant-hier, on a appris que les trois blessés par couteau ont été acheminés d’urgence aux services des urgences de l’hôpital Principal de Dakar. Ils sont présentement sous soins intensifs. Il s’agit de la maman de la défunte, de la sœur de celle-ci et de leur colocataire gendarme Babacar Djigal, dit Mbaye Djigal. L’épouse du pandore a fait ses valises et a embarqué dans un taxi jaune-noir en compagnie de ses enfants devant nous, vers les coups de 16 heures 30, pour rejoindre le domicile de ses parents. Elle était visiblement en état de choc, peinait à se déplacer et avait le bras droit sous un bandage dissimulé avec un foulard de corps. L’enquête suit son cours.
Vieux Père NDIAYE

MOBILE DU DRAME FAMILIAL
Oncle Ngoma reprochait à sa nièce d’être…une belle de nuit

Tonton Maurice Ngoma et sa défunte nièce Ndèye Astou Sarr entretenaient des relations pour le moins exécrables et conflictuelles dans la famille. Ngoma rouspétait fort presque chaque jour dans la maison et s’offusquait de l’attitude de la fille de sa sœur utérine Ndèye Dieng. Ils se chamaillaient et se lançaient tout le temps des piques acerbes.
D’après des sources proches de la famille, la demoiselle passait le plus clair de son temps à découcher, au su de tout le monde. Elle n’a jamais été cependant réprimandée ni grondée par les membres de la famille, notamment par sa propre mère, avec qui elle vivait sous le même toit au quartier Cheikh Wade de la commune de Ndiarème Limamoulaye de Guédiawaye. «Ce samedi matin 11 février, vers 12 heures, oncle Ngoma a formulé les mêmes reproches envers sa nièce Ndèye Astou, qui a disjoncté et lui a manqué de respect», ont rapporté nos interlocuteurs.

«La défunte était agressive, impulsive et belliqueuse en diable»
De son vivant, soufflent toujours nos informateurs, Ndèye Astou Sarr était peu sociable et serviable dans la maison. «Elle était agressive, impulsive et belliqueuse en diable. Elle était trop susceptible et utilisait tout le temps la manière forte pour solder ses comptes avec les gens. Quand son oncle Ngoma lui faisait des remontrances par rapport à ses nombreuses sorties nocturnes et son attitude de fille de joie, elle montait sur ses grands chevaux et débitait des propos acerbes contre lui. Tonton Maurice savait qu’elle était capable du pire, raison pour laquelle il a pris un couteau pour faire face à elle. Ce qui devait arriver arriva», ont soutenu nos sources.

GARDE A VUE A LA POLICE DE GUEDIAWAYE
Le présumé meurtrier avoue avoir tué sa nièce

Lors de son premier interrogatoire, Maurice Ngoma a reconnu sans fioritures être l’auteur du coup de couteau fatal à sa nièce Ndèye Astou Sarr, âgée de 30 ans. «Il a avoué sur toute la ligne avoir mortellement poignardé sa nièce, qui a été trouvée morte dans la chambre de sa mère. La fille portait un haut noir flanqué d’une chemise blanche et d’un pantalon jean bleu. Elle était couchée sur le ventre et avait une plaie béante au flanc gauche consécutive au coup de couteau reçu. Un filet de sang s’échappait de la plaie», renseignent nos sources.

Le corps de la défunte est à la morgue de l’hôpital de Grand-Yoff
Pendant que les trois blessés de la bagarre mortelle (la mère de la victime, la sœur de celle-ci et leur colocataire gendarme) sont aux urgences de l’hôpital Principal de Dakar, on informe que le corps sans vie de la fille Ndèye Astou Sarr a été évacué à la morgue de l’hôpital général de Grand-Yoff ex-Cto pour les besoins d’une autopsie. Lesdits blessés par couteau seront auditionnés par les policiers quand ils se remettront de leurs blessures.

BAIDY SEYE MAIRE DE NDIAREME LIMAMOULAYE SUR LE MEURTRE
«C’est une histoire de famille qui a viré au drame ; le comble de l’absurdité»

Le maire de la commune de Ndiarème Limamoulaye, Baïdy Sèye, a conduit une délégation juste après le drame, à la maison mortuaire, pour compatir à la douleur des proches de la défunte et des blessés internés à l’hôpital Principal de Dakar. Accroché sur les lieux, il a déploré l’issue dramatique de la bagarre et affirme ceci : «c’est une histoire de famille qui a viré au drame ; c’est le comble de l’absurdité. C’est un drame, une tragédie. Il s’agit d’une histoire de famille entre un oncle et sa nièce», a laissé entendre le premier magistrat devant les journalistes. Et d’accuser le damné de la terre Satan d’être à l’origine du drame. «La première maison de Satan, c’est là où il y a la parfaite entente entre parents, proches, amis, voisins et conjoints. Et Satan a frappé dans cette maison, de manière tragique, douloureuse et absurde», a soutenu le maire.

APRES LE DRAME FAMILAIL
Du carnage dans l’air à la maison mortuaire !

Les éléments du commissaire central de police de Guédiawaye Sanou Diouf ont intérêt à surveiller comme de l’huile laissée sur le feu les proches de la défunte Ndèye Astou Sarr. Ils devraient plutôt effectuer des descentes inopinées dans la maison mortuaire ou auditionner certains membres de la famille pour les mettre en garde contre d’éventuelles actions de représailles.
On a pu constater en effet lors de notre passage là-bas que le feu couve toujours sous la cendre dans la maison mortuaire. Des parents de la victime criaient toute leur rage sur le sort tragique de leur sœur Ndèye Astou Sarr et juraient de venger le meurtre de la fille. D’autres tenaient des propos virulents. Une vive dispute ponctuée d’échanges de menaces a éclaté entre eux lorsque nous quittions les lieux. Ils se hurlaient dessus et se crachaient des vertes et pas mûres à la figure. Il y avait de la tension dans l’air entre pro et anti vengeance