Partager

Après le pétrole, le gaz. La société américaine Kosmos Energy, détentrice depuis 2014 de droits d’exploration d’hydrocarbures au Sénégal, a annoncé mercredi 27 janvier « une importante découverte de gaz » au large de Saint-Louis, sur un gisement offshore à cheval sur la frontière avec la Mauritanie. Les réserves sont estimées à 450 milliards de mètres cubes.

« C’est la meilleure nouvelle qui puisse arriver à notre pays » et cette découverte donne au Sénégal « la capacité d’être indépendant d’un point de vue énergétique mais aussi de vendre (du gaz) au reste du monde », a déclaré jeudi le ministre chargé de l’énergie, Thierno Alassane Sall, sur la télévision publique. Le président Macky Sall s’est également félicité de cette découverte qui va aider le pays à mettre en œuvre le Plan Sénégal Emergent.

Dépendance des importations

Kosmos Energy, basée à Dallas (Etats-Unis) a signé un protocole d’entente avec la Société des pétroles du Sénégal (Petrosen) et la Société mauritanienne des hydrocarbures et du patrimoine minier (SMHPM).

Les droits du puits de Gueumbeul-1, où la découverte a été faite, sont partagés entre Kosmos Energy (60 %), Timis Corporation (30 %) et Petrosen  Sénégal (10 %).

La découverte de ce gisement de gaz intervient après l’annonce en octobre 2014 de celle de pétrole par le groupe britannique Cairn Energy « au large des côtes de Sangomar », sur le littoral sud-ouest du Sénégal.

Dakar avait annoncé espérer produire son premier baril d’or noir « en 2019-2020». Le Sénégal est dépendant des importations de pétrole avec une facture qui, officiellement, «tourne autour de 10 % du PIB».

Macky Sall demande l’exploitation du gisement dans un délai raisonnable

C’est ce mercredi, à l’entame de sa communication lors de la réunion du conseil des ministres que le Chef de l’Etat se réjouissant de la découverte, par PETROSEN et KOSMOS Energy, de l’important gisement de gaz naturel au puits Geumbeul 1, dans la partie nord du permis Saint-Louis Offshore Profond. Le plus important gisement en Afrique de l’Ouest, car étant constitué d’une large structure répartie de part et d’autre de la frontière entre le Sénégal et la Mauritanie, avec des réserves estimées à 450 milliards de m3. Ces découvertes qui confirment le potentiel du bassin sédimentaire du Sénégal, contribuent au renforcement du renouveau industriel engagé par le Gouvernement à travers le Plan Sénégal Emergent (PSE). Dès lors, le Président de la République demande au Premier Ministre,  de prendre toutes les dispositions pour la mise en place d’un environnement propice à l’exploitation, la valorisation et l’optimisation des impacts socio-économiques de ces gisements de gaz et pétrole, en termes de création d’emplois, de mise en place d’infrastructures et de développement de compétences de niveau international.

Du pétrole découvert vers la Petite-Côte et vers Kayar  

Le Sénégal confirme chaque jour qui passe sa nouvelle vocation de pays pétrolier. En avril 2015, le président de la République, Macky Sall, a été informé en primeur, de la plus importante découverte de pétrole dans les eaux sénégalaises. Les représentants de la société Kosmos Energy, qui a repris les actifs de la tristement célèbre Petro Tim Sénégal, ont annoncé avoir atteint le rêve de chaque explorateur, le Nirvana des géologues. Une poche de pétrole, qui s’étendrait quasiment de Kayar à Saint-Louis, à la limite de la frontière mauritanienne.

Les pétroliers américains ont assuré au chef de l’Etat que les estimations les plus fiables indiquent que ce gisement est le plus important jamais découvert au large du Sénégal, et serait même, à les en croire, «le plus important d’Afrique de l’Ouest», quasiment en comparaison avec les réserves du Nigeria. Cela, aussi bien pour le pétrole que le gaz, et qu’il ouvrait des perspectives on ne peut plus joyeuses pour le pays.

Des collaborateurs du chef de l’Etat assurent que cette nouvelle découverte vient notablement changer les perspectives pour le pays, surtout avec la mise en œuvre du plan Sénégal émergent. Une fois toutes les données concernant ce filon connues, on pourra s’attendre à ce que le pays suscite un grand intérêt et un engouement de la part des potentiels investisseurs. Et même pour ses propres projets de développement, le Sénégal pourrait, une fois la phase d’exploitation entamée, mieux maîtriser le coût de l’énergie domestique.

Cette découverte vient s’ajouter à celles précédemment opérées par Cairn Energy vers la Petite-Côte. Les gisements du britannique avaient été jugés suffisamment importants pour justifier une exploitation. Cela, surtout parce que la découverte était intervenue à un moment où le prix du baril de pétrole était tellement haut qu’il rendait rentable une exploitation à 100 dollars de charge.

Macky tient à ses gisements comme à son deuxième mandat

C’est un secret de polichinelle. Le chef de l’Etat tient aux gisements de pétrole et de gaz découverts comme il tient à son deuxième mandat. En ce sens, il est en train de mettre les bouchées doubles pour que d’ici à 2019, il pourra inaugurer le premier baril de pétrole et ou, de gaz.

Sinon, c’est le syndrome de Me Wade qui se rééditera. C’est-à-dire, tous ses premiers chantiers seront inaugurés par son successeur, comme, il l’a fait avec Me Wade. C’est autant de raisons, qui pousse Macky Sall à respecter sa parole de réduire son mandat, afin d’être beaucoup plus crédible aux yeux des électeurs pour espérer un second mandat.

senegal7.com

 

LAISSER UN COMMENTAIRE