Partager
Publicité Home Page
Publicité 3

Très proches collaborateurs entre 2004 et 2007, Macky Sall et Abdoulaye Wade ont des styles diamétralement opposés. Jusque dans leur manière d’inaugurer leur quinquennat. Empruntons la machine à remonter le temps.

En 2007, sitôt réélu, le Président Abdoulaye Wade convoque la presse pour une adresse à la Nation. Douze ans après, son successeur marche sur ses pas et se soumet au même exercice. Mais, la comparaison s’arrête là. Si Wade s’était empressé de faire sa déclaration en la faisant juste après la proclamation des résultats provisoires par la Commission nationale de recensement des votes, Macky Sall a, lui, attendu le délibéré du Conseil constitutionnel sur les résultats définitifs.

Après sa déclaration, Wade, flanqué de son Premier ministre et directeur de campagne, un certain…Macky Sall, s’était prêté à un jeu de questions-réponses. Le président de la République, nouvellement réélu en mars 2019, lui, s’est contenté d’une simple adresse sans possibilité de relance. Voilà pour la forme. Dans le fond, Wade, provisoirement déclaré vainqueur de l’élection présidentielle, avait menacé ses adversaires qui contestaient sa réélection des foudres de la géhenne. Une répétition de l’histoire, dans sa forme comique. Des accusations de fraude visant son camp avaient, en effet, été portées par l’opposition d’alors après la publication de résultats partiels qui le créditaient d’une victoire triomphale lors du premier tour de l’élection présidentielle du dimanche 25 février 2007. Selon une compilation de chiffres partiels publiée mercredi 28 février, le Président sortant avait recueilli 55,7 % des suffrages. «Nous venons de vivre les élections les plus tronquées depuis que le Sénégal est indépendant», cogne, bille en tête, Aïssata Tall Sall, porte-parole du candidat socialiste Ousmane Tanor Dieng, grand perdant du vote avec 13 % des voix. Les accusations de l’opposition, appuyées par des témoignages, portent sur la manière dont ont été distribuées aux 4,9 millions d’électeurs les nouvelles cartes numérisées précisément censées éviter toute fraude.

Publicité
Publicité

Touché par une telle entreprise visant à entacher son succès électoral, mais pas coulé, Wade allume un contre-feu. Il sort les poubelles et à chacun de ses contempteurs, il jette ses cafards à la figure. Idrissa Seck, arrivé deuxième, est le premier à passer chez le coiffeur. Une copie de ce qu’il conviendra d’appeler «Protocole de Rebeuss» entre les mains, il fonce, tel un bulldozer, sur son ancien Premier ministre, Idrissa Seck, qu’il accuse d’avoir planqué des dizaines de milliards chez un avocat new-yorkais. L’assistance n’en était qu’au début de ses surprises. Tel un chasseur en temps de dèche, il envoie des flèches assassines à Ousmane Tanor Dieng. A l’ancien tout puissant ministre d’Etat, ministre des Services et affaires présidentiels, le «procureur» Wade lui reproche de s’être constitué un trésor de guerre avec les licences de pêche concédées à des Chinois pour financer la construction d’infrastructures dans le cadre de l’organisation de la Coupe d’Afrique des Nations de football 1992.

Moustapha Niasse n’échappe pas aux diatribes de Wade. A l’ancien ministre des Affaires étrangères, il est fait grief d’avoir vendu des passeports diplomatiques. Une ressortissante chinoise, trouvée morte dans la Seine, à Paris, avait été retrouvée porteuse de ce document officiel de voyage sénégalais. De fil en aiguille et en remontant la chaîne qui lui a permis de se procurer ledit document, le pouvoir établit un lien de connexité avec le patron de l’Afp. Et ce n’est pas tout. Il lui est, par ailleurs, reproché, par le nouveau réélu, d’avoir acquis sa demeure de Fann-Résidence presqu’au franc symbolique. En un mot, d’avoir profité du fameux «Compte K2» pour acquérir sa maison à vil prix.
C’est sur une tout autre tonalité que Macky Sall a choisi d’entamer son second et (théorique) dernier mandat. Il a, en effet, lancé un appel au dialogue, citant, particulièrement, ses prédécesseurs Abdou Diouf et Abdoulaye Wade. Volonté réelle de rupture, manque d’arguments à charge contre ses challengers ou stratégie d’affichage ? La patience est la meilleure des réponses.
senegal7

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE