Partager
Idrissa Seck
Idrissa Seck

L’ancien premier ministre, Idrissa Seck, n’a pas encore abdiqué dans sa conquête du pouvoir. Le président du Conseil départemental de Thiès qui veut diriger la liste de la coalition de l’opposition dans sa localité pense à tous les schémas.

«Il veut diriger la liste mais a la crainte principale de perdre. La défaite qu’il a subie lors des dernières élections du référendum n’est pas pour le rassurer », explique un de ses proches. «Il a également envie de diriger la liste nationale de l’opposition mais se heurte principalement à l’engagement qui a été pris au sein de Mankoo que celui qui dirige cette liste ne pourra pas se présenter aux prochaines élections », poursuit notre interlocuteur. D’ailleurs, il a dit à qui veut l’entendre que cette décision était «inopportune ». Pour ses proches, cela a refroidi ses ardeurs et au sein de la coalition, on le sent de moins en moins engagé. «Alors que tous les leaders sont présents, Idrissa préfère ces derniers temps, envoyer son second, Déthié Fall ». Malgré les nombreux contacts et entretiens téléphoniques qu’il a eus avec Wade et son fils, il hésite encore à s’engager publiquement à leurs côtés. «Il ne s’est pas encore remis de la période 2007-2012 où l’ancien président de la Ré- publique l’a fait valser dans tous les sens. Il craint encore un rapprochement avec ce dernier et ne voudrait en aucun cas que l’opinion interprète mal ces événements ». N’empêche, il a dit clairement à ses lieutenants qu’il n’entend pas aller aux élections seul. «Si nous ne sommes pas dans une coalition, nous ne pourrons pas venir à bout des tenants actuels du pouvoir », répète-t-il en privé à ses visiteurs politiques. «Il est devenu conscient que sur la base des dernières élections, il lui est quasi-impossible d’obtenir un groupe parlementaire à l’Assemblée nationale, c’est pourquoi il n’a pas le choix », explique un de ses anciens compagnons. Il faut dire que Rewmi est devenu l’ombre de lui-même.

Avec Senegal7