Partager
Publicité Home Page
Publicité 3

Le scrutin présidentiel  passé, le Macky n’aurait plus besoin de ses fidèles alliés d’hier. Ousmane Tanor Dieng est tenu de rendre le tablier, ainsi que Moustapha Niasse. Le pouvoir se partage mais jamais le pouvoir de décision. Le Chef de l’Etat ne ferait plus rien pour consolider ses liens  avec ses traditionnels alliés. L’heure  du divorce est arrivée et le processus a été enclenché par le Ps et l’Afp.

Publicité
Publicité

L’heure des comptes et des mécomptes  du scrutin présidentiel a sonné au sein de la majorité. En effet gagner ensemble et gouverner ensemble a toujours été la règle d’or qui  cimentait les relations politiques entre l’Union des forces du progrès(Afp), le parti socialiste (Ps) et l’Alliance pour la République(Apr), entre autres. Mais  après le scrutin présidentiel qui était le principal enjeu qui unissaient les alliés, les dès semblent pipés pour certains. Pendant que les apèristes manœuvrent,  les « socialistes » et les « progressistes » leur ont donné les moyens de se débarrasser d’eux. En effet les socialistes réclament du gâteau gouvernemental plus de ministres alors que du côté des progressistes, on brandit  dés l’abord une candidature pour 2024.Déjà au niveau de l’Assemblée nationale, l’on chercherait à dissoudre l’institution dans le seul but de se débarrasser de Moustapha Niasse. En somme, le Macky n’aurait plus besoin d’Ousmane Tanor Dieng et de Moustapha Niasse. Leur liquidation est imminente au sein du gouvernement. La machine sera mise en branle dès qu’un nouveau gouvernement sera mis en place dans les prochains jours. Le pouvoir se partage mais jamais le pouvoir de décision. Les heures de Tanor et Niasse sont désormais comptés au sein du Macky.

Assane SEYE-Senegal7

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE