Partager
Publicité Home Page
Publicité 3

A dix mois des élections locales, les armes s’aiguisent à Ziguinchor pour le contrôle de cette municipalité stratégique. Un enjeu amplifié par la défaite de la majorité présidentielle dans la région Sud face aux troupes de Ousmane SONKO. La bataille risque d’être rude car le maire sortant Abdoulaye BALDE n’a pas baissé ses armes face aux ambitions naissantes au sein des alliés.

Le fauteuil de Abdoulaye BALDE, l’édile de la région de Ziguinchor vacille. Les résultats de la dernière présidentielle dans la région Sud du pays consacrant la victoire de la coalition « Sonko président » ont eu l’effet d’un coup de tonnerre pour Benno Bokk Yakaar(Bby) malgré les efforts du président Macky SALL qui a réussi la prouesse de débaucher le maire de la localité à quelques encablures de la présidentielle. Ce revers historique a laissé le champ libre aux règlements de comptes dissimulant mal les ambitions personnelles qui commencent à s’afficher.

Au sein de la majorité, la figure d’Abdoulaye BALDE ne fait pas l’unanimité, certains alliés le désignant comme responsable de la défaite de Benno et les prétendants qui lorgnent son fauteuil font légion.

Publicité
Publicité

Benoit Sambou peut se targuer de sa légitimité historique pour contester le leadership local de Abdoulaye BALDE. Seulement, le chargé des élections de l’Apr peine à avoir un véritable ancrage dans le Sud et son leadership est sans cesse contesté par de jeunes loups aux dents longues de la trempe de Doudou KA. D’aucuns prêtent au directeur général du fonds de garantie des investissements prioritaires (Fongip) des intentions de briguer le fauteuil du maire Abdoulaye Baldé. L’autre figure qui peut prétendre à cette ambition au sein de la majorité est le ministre Aminata Angélique MANGA. Une femme à la tête de la mairie de Ziguinchor serait une première. Mais la majorité va- t- elle céder à la tentation de l’originalité. Rien n’est moins sûr.

Face a cette course effrénée pour le contrôle de la mairie de Ziguinchor, le Parti Pastef les patriotes ne compte pas se laisser ravir la vedette. Les troupes d’Ousmane SONKO comptent s’inscrire sur la lancée de la présidentielle pour confirmer leur victoire à l’occasion des élections locales.

La candidature de Ousmane Sonko, le fils du terroir est une hypothèse sérieuse qui risque de chambouler toutes les cartes de la majorité vu la popularité sans cesse grandissante du leader des « Patriotes ».  Ce dernier n’a pas encore affiché ses intentions face à ce qui semble être un cadeau empoisonné pour celui qui ambitionne de chambouler le système. La critique est aisée, l’art difficile dit l’adage. Sonko maire aura des impératifs de résultats face aux multiples attentes. Toute erreur de sa part pourrait être fatale à son image en direction de la présidentielle 2024.

Au cas où Sonko évitera de franchir le rubicond, le président de Pastef a la latitude de se rabattre sur ses poulains dans le sud comme Alassane Diedhiou et Mohamed Lamine Manga. Seule fausse note, ces derniers sont en mal de popularité.

MBISSANE TINE SENEGAL7

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE