Partager
Publicité Home Page
Publicité 3

La présidentielle de 2024, si près, si loin comme dans un court métrage. Car, à peine sorti de la présidentielle de 2019, alors que le président sortant réélu avec pas moins de 58% des suffrages valablement exprimés, n’a pas prété serment, encore moins former son premier gouvernement d’un mandat de cinq ans, le débat sur les possibilités d’un troisième de Macky Sall fait rage. Dans les médias, les places publiques, les marchés, dans les temples de savoir, le débat divise les Sénégalais. Il revient toujours, insidieux. Et il en sera ainsi de plus en plus que l’on s’approchera de la présidentielle de 2024.

Alors que nous sommes à quelques cinq de 2024, année à laquelle les Sénégalais vont aller aux urnes pour choisir un autre président qui va succéder au leader de l’Apr et de Benno, le landerneau politique Sénégalais est divisé. Rendant ainsi lancinante la fameuse question du troisième mandat de Macky Sall, agitée çà et là.

…Les juristes sont unanimes

La Constitution Sénégalaise stipule : «le mandat présidentiel est de 5 ans. Nul ne peut exercer au-delà de 2 mandats consécutifs». Et on sait qu’en droit, la loi ne vaut que pour l’avenir, elle n’a point d’effet rétroactif».

Publicité
Publicité 2

Selon Ismaila Madior Fall, Garde des Sceaux, ministre de la Justice : «je pense que la Constitution est assez claire. En principe, c’est le deuxième et dernier mandat du Chef de l’État».

A en croire Babacar Bâ du Forum du justiciable : «le deuxième alinéa de l’article 27 de la Constitution, combiné à l’article 103, règle le problème du nombre de mandat. «Nul Sénégalais ne peut exercer plus de deux mandats consécutifs, l’élu du peuple ne peut plus rester au-delà de 10 ans ».

Même son de cloche chez le constitutionnaliste Ngouda Mboup. A l’en croire « Macky n’oserait pas franchir le Rubicon à ce niveau, car l’article 27 de la constitution est clair. Il ne parle pas de principe, ni d’exception. Il stipule : «Nul ne peut exercer deux mandats consécutifs». Et de renchérir «qu’on ne recherche pas l’avis du Conseil constitutionnel sur cette question».
Avant de révéler : «La Constitution a été définitivement verrouillée dans ce sens, dans la mesure où on l’a mis dans la clause d’intangibilité, à travers l’article 103 de la Constitution».
senegal7

Publicité
Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE