Partager

Au Sénégal, l’adage dit que «la prison rapproche du pouvoir ». Même si cela n’est pas vérifié, une attention toute particulière doit être accordée à cela par l’actuel chef de l’Etat, candidat à sa propre succession en 2019.

Parce que les deux présidents, c’est-à-dire Macky Sall et son devancier, Me Abdoulaye Wade, ont tous connu des ennuis de la sorte avec la Justice, au point d’avoir le soutien de l’opinion.

Des années durant, Me Wade, principal opposant du régime de Senghor et de Diouf a été embastillé. Quand à Macky Sall, il a été martyrisé, parce qu’accusé de «blanchissement d’argent» entre autres délits.

C’est en ce sens que le pouvoir lui a été donné sur un plateau d’argent en 2012 au second tour de la Présidentielle.

Hélas ! Macky Sall, jugé un des présidents le plus élu au Sénégal, avec un score de plus 65% et né après les Indépendances, a toutes les opportunités d’être un président de rupture.

Aujourd’hui, il a battu le record d’emprisonnement en moins de 5 ans d’opposants encombrants : Karim Wade, Oumar Sarr, Me El Ahmadou Sall, Bamba Fall, Toussaint Manga et Khalifa Sall…

Le bloc Mankoo

La gestion du pouvoir du Président, Macky Sall jugée «catastrophique» par ses détracteurs a poussé l’opposition à se retrouver à l’image de 2000, où tous les pourfendeurs du régime socialiste se sont lévés comme un sul homme pour barrer la route à Abdou Diouf, à la présidentielle. Cela a été une réussite totale occasionnant l’arrivée de Me Wade aux affaires.

A la présidentielle de 2012, même si une candidature plurielle a été notée au sein des partis de l’opposition, Moustapha Niasse, Idrissa Seck, Chaikh Bamba Diéye, Ousmane Tanor Dieng, Amsata Sow Sidibé pour ne citer que ces candidats malheureux, ont tous donné leurs voix à Macky Sall qui est venu à bout de Me Wade, candidat à sa propre succession.

L’histoire va-t-il bégayer ?

Khalifa Sall et Karim Wade, étaient les absents les plus présents au rassemblement de Mankoo de ce vendredi, 19 mai. Alors que Karim Wade se trouve à plus de 6 000 kilomètres de Dakar au moment où le maire de Dakar, Khalifa Sall est dans les liens de la détention.

Attentions aux «prisonniers»

Mankoo Taxawu Senegaal considére que Khalifa Sall est en train de subir le même sort que Karim Wade et à ce rythme, ils sont de sérieux adversaires de Macky Sall en 2019, si leurs cassiers judiciaires ne seront pas détruits.

Le cas Karim Wade

Karim Wade et Khalifa Sall sont les principaux prisonniers politiques de Macky Sall.  Le fils de l’ancien Chef de l’Etat a, pourtant été libéré, depuis le 24 juin 2016. Seulement, ses militants présents à la manifestation de Mankoo, ce vendredi en grand nombre, exigent de Macky «son retour». Pour eux, leur mentor est «en exil forcé» au Qatar.

Mankoo et Les pro-Khalifa Sall sur le pied de guerre

Au cours de leur rassemblement de ce vendredi, 19 mai, les leaders de Manko Taxawu Senegaal ont dénoncé «l’acharnement injuste du président Macky Sall sur les géants de l’opposition». Ainsi, ils tiennent ce dernier comme «l’unique responsable pour toute détérioration de la paix civile au Sénégal en cette période d’élection».

«Liberez Khalifa Sall» ou encore «Karim Wade Président» peut-on lire sur les tee-shirts et pancartes des militants.

Senegal7.com