Partager
ANNONCE

Après la décision des autorités mauritaniennes d’interdire la pêche dans leurs eaux aux pêcheurs sénégalais, les populations de Guet-Ndar invitent l’Etat à organiser un pont aérien pour faciliter le retour. Face à la presse hier, ces populations qui ont listé les problèmes rencontrés par leurs parents sur le chemin du retour, mettent en garde contre une éventuelle escalade.

La situation devient de plus en plus critique. C’est le point de vue de Moustapha Dieng, porte-parole des populations du quartier de Guet-Ndar. D’après lui, les Sénégalais qui vivent à Nouakchott, Nouadhibou comme dans les campements, appellent quotidiennement au téléphone pour expliquer qu’ils ne vont plus en mer depuis plus d’une vingtaine de jours, mais ne peuvent pas rentrer au pays. Selon M.Dieng, le recensement effectué par l’ambassade du Sénégal en Mauritanie, s’avère être un échec à cause du manque de personnel de l’ambassade, qui fait que d’ici deux mois, ce recensement ne sera pas terminé.

Les pêcheurs suggèrent au ministre de la Pêche et de l’Economie maritime de se rendre sur place, expliquant que certains d’entre eux veulent revenir mais la partie mauritanienne le leur refuse. L’on empêche certains des pêcheurs de rentrer avec leur matériel, faute d’une autorisation de sortie du territoire mauritanien. Le porte-parole des populations du quartier de Guet-Ndar,  Moustapha Dieng a invité les autorités sénégalaises à mettre en place un pont aérien pour faciliter le rapatriement des pêcheurs, mais aussi de leurs épouses, leurs enfants qui vivent dans des conditions difficiles, ce qui oblige leurs parents établis au Sénégal à leur envoyer de l’argent pour qu’ils puissent survivre.

Les pêcheurs qui se sont fortement mobilisés, lors de ce point de presse, ont déploré les nombreuses tracasseries dont sont victimes les pêcheurs Sénégalais qui non seulement ont été déclarés persona non grata en Mauritanie, mas ne peuvent pas rentrer librement du fait des agissements des forces de l’ordre mauritaniennes qui les arrêtent et les briment la plupart du temps.

source: le quotidien

ANNONCE

LAISSER UN COMMENTAIRE