Partager

Si la présidente du Groupe parlementaire ne fait pas attention, elle risque d’être exclue de son parti par ses frères libéraux.

En effet le dernier meeting tenu à Rufisque au nom de son mouvement Alliance nationale pour la démocratie (And), n’a pas eu l’heur de plaire aux libéraux de la fédération de ce département qui l’invitent à démissionner du Pds si elle croit que Karim Wade n’est pas son candidat.

 Après moult tentatives pour décourager les militants et interdire le meeting de Rufisque, la fédération Pds de Rufisque s’est retrouvée juste après le meeting ce week-end pour dénoncer l’attitude du député et demander sa démission du parti. «Si Madame Mbodj aujourd’hui, pour son compte personnel, se lève et veut faire l’amalgame entre son mouvement et le Pds, nous avons été voir nos responsables et nos militants pour leur expliquer que ce qui se passe n’a rien à voir avec le Pds. Il faut qu’elle arrête son louvoiement et sa sournoiserie», affirme Ameth Ndir coordonnateur du Pds à Rufisque. «Si elle ne travaille pas pour le compte du Pds, elle n’a qu’à prendre ses responsabilités en appelant pour son compte et démissionner du parti. Elle a dit qu’elle est investie de la confiance de quelques Sénégalais. Mais nous, nous avons investi clairement Karim Meïssa Wade qui est notre candidat. Elle faisait partie aussi des gens qui ont investi Karim Meïssa Wade. Maintenant, qu’elle veuille faire machine arrière, elle en a le droit mais, elle doit s’assumer», ajoute  Amet Ndir.

Pour les responsables libéraux qui sont affectés par la tenue et la réussite du meeting, Aïda Mbodj est un pion du parti au pouvoir. D’ailleurs pour Ahmet Ndir, c’est la der de Macky Sall, qui est ainsi dévoilée. «Moi ce que je pense personnellement, c’est qu’aujourd’hui, le dynamisme, l’élan et la vitalité que le Pds manifeste sur la plan national, font que le régime actuel, est en train de jouer sa dernière carte. Une carte qu’il voudrait réserver pour 2019 pour mieux déstabiliser le Pds. Aujourd’hui, le Pds est tellement dévastateur que le pouvoir de Macky Sall perd ses repères et est en train de jouer sa dernière carte qui est peut être une dame de cœur ou peut-être une dame de pique qu’il est obligé d’abattre», indique le responsable libéral.

Najib Sagna

LAISSER UNE RÉPONSE