Partager
Publicité Home Page
Publicité 3

Le Parti Socialiste (Ps) ne s’est pas présenté à l’élection présidentielle de 2019. Ousmane Tanor Dieng et Cie se sont rangés derrière le président Macky Sall. Une premier depuis la création de ce parti. Après ce soutien sans faille à Macky Sall qui divisé le parti de Léopold Sédar Senghor, le parti socialiste doit, maintenant prendre son destin à mains. Et si j’étais Ousmane Tanor Dieng, je vais quitter Macky Sall et Benno à quelques encablures des élections locales de décembre prochain et récoler les morceaux pour un Ps fort à fin de reconquérir le pouvoir, avec la jeune génération.

Que Tanor se rende à l’évidence…

Qu’Ousmane Tanor Dieng se le tienne pour dit. Tout compagnonnage a une fin. Après avoir accompagné sept ans durant Macky Sall dans la cadre de Benno Bokk Yaakaar, l’heure a sonné pour que le parti socialiste qui a dirigé le Sénégal quarante années durant, revienne au devant de la scène politique. Et cela ne peut que se passer qu’à travers les élections.

Ce, Ousmane Tanor Dieng le sait mieux que quiconque. Mais, en homme serein et calme, il maintient le cap, en dépit des multiples départs, après la perte du pouvoir en 2 000. Aujourd’hui, c’est un secret de polichinelle d’affirmer que rien ne va entre Tanor et Khalifa Sall. Dans cette guerre sans merci, entre ces deux hommes, du côté de la direction du parti et même de la base, chacun choisit son camp. Le Secrétaire général du Ps a su tenir toujours bon, même s’il a enregistré des contre-performances lors des élections présidentielles auxquelles il a eu à participer. Suffisant pour que Khalifa Sall se positionne pour préparer la succession à la tête du parti dirigé depuis 1996 par Ousmane Tanor Dieng.

Alternance générationnelle théorisée par Khalifa et Aissata

Après les départs successifs, notamment avec la perte du pouvoir en 2 000, des responsables : Abdoulaye Diack, feu Assane Diagne et feu Mbaye Jacques Diop, Abdoulaye Makhtar Diop, Robert Sagna, feu Mamadou Diop, Souty Touré et Abdourahime Agne, pour ne citer que ces ténors, le parti socialiste a dû lutter pendant 12 ans pour ne pas disparaitre du landerneau politique Sénégalais. La deuxième alternance intervenue en mars 2012, a était pour le Ps une véritable aubaine.

Publicité
Publicité 1

Cependant, pour avoir de bons résultats aux joutes électorales prochaines, Ousmane Tanor Dieng doit accepter de compter sur les jeunes.

C’est cela qui a davantage creusé le fossé entre Tanor et des jeunes : Khalifa Sall, Aissata Tall Sall et Malick Noel Seck, sans oublier Barthelemy Dias. Cette nouvelle génération ne supporte plus d’être l’escalier des ainés qui construisent des acquis à la sueur de leur front. Ce qui a fait que les partis classiques : Ps dirigé par Tanor Dieng et l’Afp par Moutapha Niasse sont en dislocation. Les dirigeants de ces Partis ont sacrifié leurs lieutenants les plus aguerris et leurs jeunes au profit de leurs propres intérêts personnels.

Tendre la main à Khalifa Sall…

Si j’étais Osumane Tanor Dieng, j’allais une fois Khalifa Sall dehors, prendre mon courage à mains pour aller le rencontrer dans le cadre des retrouvailles de la grande famille socialiste.

Car, en politique, mêmes les montagnes peuvent un jour se retrouver. Quitte à ce que son geste soit rejeté, l’opinion sera prise à témoin, qu’Ousmane Tanor Dieng à œuvrer pour récoler les morceaux. Et de cet acte, il peut gagner en sympathie.

Pourtant, dans un passé récent, l’URD sous la coupole de Diégane Séne avait pris les devants. «Nous demandons à notre camarade Ousmane Tanor Dieng de se retrouver avec Khalifa Sall», avait déclaré Diégane Sène, secrétaire général de l’Union pour le renouveau démocratique (Urd).

Dans cette dynamique, dit-il, «l’Urd entamera des démarches pour la réunification de la famille socialiste. Il le fera compte tenu du fait que c’est le parti le mieux placé pour le faire. Parce que nous sommes tous issus de Senghor».

A l’en croire «ensemble, avec nos chefs religieux de Touba et Tivaouane et des autres illustres foyers spirituels du Sénégal, sans oublier l’Eglise catholique et les chefs coutumiers, nous sommes convaincus qu’il est encore possible de concilier les positions contraires autour des nécessaires unités et solidarité nationales».

Si cela venait à se réaliser le parti socialiste reprendra du poil de la bête, c’est-à-dire, le flambeau d’un parti modelé pour aller à la reconquête du pouvoir.

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE