Partager
Publicité Home Page
Publicité 3

Que s’est-il passé après que le chef de l’Etat, Macky Sall et le maire de Ziguinchor, Abdoulaye Baldé, ont fumé le calumet de la paix ?

Les discussions ont-elles échoué sur des exigences demesurées ? Abdoulaye Baldé a-t-il rejété la main tendue de Macky Sall ? Seules les deux personnes devant Dieu peuvent édifier l’opinion. Car, le maire de Ziguinchor n’a jamais dementi son supposé rapprochement avec l’actuel chef de l’Etat.

Dans un passé récent, la presse avait fait état d’un rapprochement entre les deux hommes, au point que l’ancien ministre sous Wade avait été pressenti à une haute fonction.

Notamment au poste de président du Conseil économique social et environnement (CESE), du fait que le mandat d’Amunata Tall est arrivé à terme.

Et Baldé vira à 190%

Spectaculaire ! Ce qui montre à suffisance que rien n’est béton en politique et que les acteurs voguent au gré de leurs intérêts.

Attendu dans les prairies marron, Abdoulaye Baldé vire à 190%. C’est désormais officiel, le leader de l’UCS (Union des centristes du Sénégal) Abdoulaye Baldé sera candidat à la présidentielle du 24 février 2019. Le maire de Ziguinchor a fait cette déclaration jeudi 9 août 2018, à Dakar, en marge d’une conférence de presse, mettant fin ainsi aux rumeurs qui l’envoyaient auprès de Macky Sall.

«Nous allons créer une coalition qui va porter ma candidature. J’ai pris ma retraite de la fonction publique à la quarantaine pour me consacrer à la politique, j’ai vu que l’administration est en lambeaux, que ce soit dans la diplomatie et dans les autres secteurs, la fonction publique est politisée, il faut donner à l’administration son lustre d’antan. Il faut la moderniser dans tous les secteurs. Il n’y a pas de raison que je n’aille pas jusqu’au bout en présentant ma candidature à la présidentielle de 2019» a déclaré le président de l’Ucs.

L’Ucs compte ammener Macky au second tour

Publicité
Publicité

«C’est fini, les premiers tours au Sénégal et en Afrique. L’exemple du Mali est patent. Je ne vois pas par quel miracle, il (Ndlr : Macky Sall) peut passer au premier tour, s’il n’y a pas de forcing, mathématiquement, scientifiquement, aucun candidat ne peut passer au premier tour au Sénégal et même en Afrique», a laissé entendre Baldé.

Et d’ajouter : «je suis persuadé qu’il y aura un second à la présidentielle de 2019. Le président Abdou Diouf avait eu 42% au premier tour, au second tour, il a eu le même score. C’est le cas du président Me Abdoulaye Wade en 2012. Il a eu 34% au premier et au second tour il a eu le même score ; on dirait que les présidents sortants font le plein au premier tour, au second tour, ils stagnent».

Baldé avait annoncé la couleur à Mbour en tirant sur Macky

C’est un Abdoulaye Baldé très critique à l’endroit de Macky Sall et de son régime qui s’est prononcé les semaines padssées à Mbour sur les réalisations du chef de l’Etat lors de la première édition des Académies centristes organisée par les jeunes de son parti, l’Union des centristes du Sénégal (Ucs).

«Les problèmes du Sénégal sont connus depuis longtemps. Donc ces conseils des ministres délocalisés sont inutiles. Ce qui est intéressant, c’est d’y apporter des réponses concrètes. L’allocation de bourses de sécurité familiale est également un saupoudrage. Ce qu’il faut plutôt faire, c’est réaliser des infrastructures pour permettre aux populations de trouver du travail et de se prendre en charge elles-mêmes», a fustigé Abdoulaye Baldé.

Et de conclure «quant à l’Acte III de la décentralisation, c’est l’un des échecs les plus cuisants du régime en place. D’ici des mois, si on n’y prend garde, l’ensemble des collectivités locales de la région de Dakar seront en cessation de paiement. Sur les 19 communes d’arrondissement, peut-être deux pourront assurer le paiement de leurs salaires».
SENEGAL7

Publicité
Publicité

SENEGAL7TV

LAISSER UN COMMENTAIRE