Partager
Publicité

Le tribunal de district de Tel-Aviv a rejeté vendredi 12 octobre l’appel de l’étudiante américaine Lara Alqasem, retenue à l’aéroport international Ben Gourion pour son soutien au mouvement BDS (Boycott, Désinvestissement, Sanctions). Cette affaire, qui dure depuis son arrivée le 2 octobre, est le résultat d’une loi de 2017 qui permet d’interdire l’entrée en Israël des partisans du mouvement, législation approuvée par le gouvernement israélien, considéré comme le plus à droite de l’histoire du pays.

Le juge du tribunal de Tel-Aviv a estimé que la décision des autorités israéliennes de bloquer l’entrée de la jeune étudiante américaine était recevable et que l’on peut supposer qu’elle mettrait à profit son séjour à l’Université de Jérusalem pour appeler au boycottage d’Israël.

Lara Alqasem a été stoppée le 2 octobre à son arrivée à l’aéroport Ben Gurion et empêchée d’entrer en Israël. Dotée d’un visa d’étudiant en bonne et due forme accordé par le consulat d’Israël à Miami, « la jeune femme avait présidé au cours de ses études en Floride une branche de Students for Justice in Palestine (Étudiants pour la justice en Palestine, en français), organisation qui mène des campagnes de boycott contre Israël » nous apprend Rfi.

Publicité

A noter qu’elle a affirmé au tribunal avoir pris ses distances avec ce mouvement.

Israel sur la carte:

 L’affaire, qui fait beaucoup de bruit en Israël et sur la scène internationale, met en lumière la nouvelle loi adoptée en 2017 interdisant l’entrée en Israël des partisans du mouvement BDS, qui appelle « au boycott économique, culturel et scientifique du pays, jusqu’à la fin de l’occupation des Territoires palestiniens ».

Le tribunal a ordonné de surseoir jusqu’à dimanche 14 octobre à l’expulsion de Lara Alqasem pour lui permettre de faire appel devant la Cour suprême israélienne.

Birama THIOR / Senegal7

 

Publicité
Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE