Partager
Publicité

Le parquet de Paris a demandé le 10 octobre un non-lieu au terme de l’enquête sur l’attentat contre le président rwandais Juvénal Habyarimana, épisode déclencheur du génocide de 1994 contre les Tutsis.

En France, le vice-procureur de la République de Paris, Nicolas Renucci, a demandé le 10 octobre un non-lieu contre les dignitaires du régime rwandais dans l’affaire de l’attentat contre l’avion de l’ex-président Juvénal Habyarimana, selon des extraits d’un document qui circule sur les réseaux sociaux.

Intervenu le 6 avril 1994, cet attentat est considéré comme l’événement déclencheur du génocide rwandais. Si le non-lieu est retenu par les juges d’instruction, il n’y aura pas de procès. Pour l’avocat de la famille Habyarimana, Me Philippe Meilhac, ce réquisitoire est « politique » mais ne surprend pas.

« On a eu l’occasion de constater il y a quelques années que le ministère public s’était complètement désolidarisé et avait lâché les parties civiles dans ce dossier, déclare-t-il. Cette position du ministère public a une explication de toute évidence politique et j’en veux pour preuve que ces réquisitions tombent le jour de l’élection d’une haute dignitaire rwandais à la Francophonie ».

Publicité

« Pour peu surprenantes qu’elles soient, ces réquisitions sont tout à fait inacceptables pour les parties civiles qui estiment qu’il y a des charges pour organiser un procès », ajoute Me Meilhac. Rfi

Souleymane Sylla-senegal7

Publicité
Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE