Partager

Cette année, le ramadan tombe le mois où les jours sont les plus longs, un vrai casse-tête pour la Suède, la Finlande et autres voisins du cercle polaire.
Entre-temps, interdiction de manger, de boire, de fumer ou encore d’avoir des relations sexuelles tant qu’il fait jour. La tâche est difficile, mais surmontable dans des pays comme l’Arabie saoudite, où les journées ne durent actuellement que douze heures, ou en Argentine, seulement neuf heures. C’est autrement plus compliqué pour les nations du Nord, où le soleil se lève en mars et ne se couche que six mois plus tard, en septembre.

À Reykjavik, en Islande, il fait jour pendant plus de vingt et une heures d’affilée. Même la nuit, il ne fait pas vraiment nuit. Le soleil disparaît à l’horizon, mais le ciel reste bleu. Il est donc difficile pour les Finlandais, Suédois et Islandais de savoir quelle est la bonne heure pour rompre le jeûne, explique Mohamed Kharraki, porte-parole de l’Association islamique, à l’AFP. Pendant ces quelques heures nocturnes imparties, il faut ainsi se nourrir et se désaltérer, ce qui laisse peu de temps à la prière.

La Mecque en exemple

Plusieurs solutions s’offrent à ceux qui célèbrent le ramadan, révèle la BBC (http://www.bbc.com/news/magazine-19199411). Selon l’école saoudienne, chaque musulman doit respecter le coucher et le lever de soleil local, peu importe la longueur de la journée. L’école égyptienne préconise, quant à elle, de se calquer aux heures de La Mecque ou du pays musulman le plus proche – la Turquie ou la Bosnie dans le cas de l’Europe du Nord –– si les journées font plus de dix-huit heures. Mohamed Kharraki rappelle que le but du ramadan n’est pas de tenir le plus longtemps possible. Il conseille de rompre le jeûne si l’on n’est plus en capacité de travailler ou de tenir debout. Le Coran exempte également les personnes âgées, les enfants en bas âge et les femmes enceintes. Il faudra patienter quelques années encore pour que le ramadan ait lieu en des temps plus favorables.

LAISSER UN COMMENTAIRE