Partager
Me abdoulaye wade
Me abdoulaye wade ancien president de la republique du senegal

Wade installe le malaise dans les rands des Pds de souche, en ordre de rébellion contra sa décision

Des libéraux de souche ne partagent pas la décision de Me Wade qui a mis en place une commission de vente des cartes du Pds de… 95 membres. Non seulement ces «rebelles» contestent le nombre et les profils de la plupart des membres de la commission, mais aussi et surtout la trouvent inopportune, à 11 mois de la présidentielle.

Un vent de rébellion se lève à la maison du parti Omar Lamine Badji, car ces libéraux de lait ne comptent pas se laisser sacrifier par des novices bombardés dans une commission de vente de cartes, alors qu’ils ne connaissent ni la trajectoire, ni le fonctionnement du parti.
Le malaise grandit au Parti démocratique sénégalais ! Et pour cause, la mise en place d’une commission nationale de vente des cartes par Me Abdoulaye Wade passe très mal, en particulier chez certains cadres du parti. Ces derniers n’émettent pas du tout sur la même longueur d’onde que leur secrétaire général national sur la question. D’abord, ils contestent le nombre de 95 membres de la commission.

Pour eux, c’est du jamais vu, car une commission de vente de cartes normale compte une quinzaine de membres, du fait surtout de sa mission, qui est de réfléchir sur la stratégie globale de vente des cartes. En plus de la pléthore de membres, les détracteurs de la commission mise en place par Wade contestent les profils de la plupart des membres. En effet, la commission est composée essentiellement de «novices», selon nos sources. Des gens qui n’ont jamais eu la carte de membre du Pds, qui n’ont jamais assisté à un congrès du Pds et qui ne connaissent rien du fonctionnement du parti, encore moins de son implantation.

Or, pour pouvoir élaborer des stratégies de vente des cartes, il faut des gens qui connaissent bien le parti.
Pire, ces derniers n’ont jamais été commissaires du parti, encore moins superviseurs. Ne cachant pas leur malaise, ces caciques du Pds ne cachent plus leur colère. Et une rébellion est en gestation. Car, ces libéraux de lait ne comptent pas se laisser happer par des gens qui n’ont aucune expérience du parti, mais qui vont s’imposer à eux par la seule volonté de Wade. Et si la seule constante du parti ne recule pas devant cette décision, ses détracteurs ne manqueront pas de sortir du bois.

L’heure n’est plus à la vente des cartes, mais à la mise en place d’un programme politique, à l’identification et la vente du candidat du parti à la présidentielle

Non seulement ces cadres du parti sont contre le nombre et le profil des membres de la commission, mais aussi ils la trouvent inopportune. Pour eux, à 11 mois de la présidentielle, l’heure n’est plus à la vente des cartes.

Le Pds, affirment-ils, devait s’atteler en ce moment à «mettre en place un programme cohérent, identifier son candidat (même s’ils ne sont pas contre la candidature de Karim) et le vendre» aux Sénégalais. Cela est d’autant plus important, pour eux, qu’au moment où le Pds va se lancer dans une opération de vente de cartes qui risque de le distraire et le diviser, les autres partis et leurs potentiels candidats ou candidats déclarés sont en train de sillonner le pays et sont de plus en plus connus et suivis par les populations. A ce propos d’ailleurs, les «rebelles» soulignent que le parti, qui devait commencer une tournée nationale depuis fin novembre, peine à le faire.

Et ce qui les révulse le plus, c’est que pendant que le parti est fixé, les gens qui se réclament de Karim Wade sont en train de faire des tournées, financées par Karim lui-même. Et selon eux, ce sont ces échappées solitaires qu’on avait reproché par exemple à Aïda Mbodji.

senegal7 avec Gawlo.net

LAISSER UN COMMENTAIRE