Partager

Pour Abdoul Mbaye, le contexte actuel ressemble à une accélération de l’histoire. Il affirme que tout concourt à montrer que nous  vivons au Sénégal une période de fin de règne du pouvoir de Macky Sall. L’ancien premier ministre a aussi fait état du tripatouillage constitutionnel érigé en règle par le pouvoir.

L’ancien premier ministre, Abdoul Mbaye croit dur comme fer que ces scandales qui se succèdent en s’accélérant en sont la meilleure preuve. « Deux dignitaires d’un parti que l’on fait vivre au dessus de la patrie et de la loi se crêpent le chignon en présence d’un guide religieux. Ils montrent le manque de respect désormais accordé aux dignitaires religieux de notre pays qui devraient être des symboles de la foi », indique-t-il. Avant d’ajouter : « La sauvage répression d’une marche pacifique d’enseignants à Ziguinchor (agents de l’Asp) équipées et demain armées ».Selon l’ancien premier ministre, la justice transformée à deux vitesses est devenue une injustice. Et d’ajouter qu’il en est de même pour la manière dont ils traitent les contrats pétroliers dont les clauses varient selon la partie avec laquelle ils signent ».Le leader de l’Act qui s’exprimait à l’issue d’une rencontre avec ses responsables de son parti, appelle le peuple sénégalais à sanctionner en 2019 « un chef (de notre peuple, de notre armée et de notre magistrature) dont le passe-temps favori consiste à se dédire et dont nous avons désormais honte ». « Il n’a alors aucune gène à changer les règles du jeu qui lui ont permis de gagner des élections présidentielles en 2012.Pour ce faire ,il invente une exception constitutionnelle mondiale en réclamant les signatures de 1% du corps électoral par candidat souhaitant le devenir et crée ainsi l’impossible à vérifier en même temps qu’il change la date du scrutin en l’avançant (vote avant la date officielle) »,se désole-t-il.(…).

Senegal7.com

LAISSER UN COMMENTAIRE