Partager
Publicité

Mais, où est donc Idrissa Seck ? La question vaut son pesant d’or vu que, le patron de Rewmi qui avait habitué son monde à ses sorties au vitriol, s’est, depuis peu, emmuré dans un silence lourd de questionnements.
Adepte des formules chocs et des citations de versets du Coran qui ont le don de mettre le pouvoir sens dessus dessous, le Président du Conseil départemental de Thiès est aux abonnés absents depuis que, par une malencontreuse erreur de communication sur Makka ou Baqqa, il a fait l’unanimité contre lui. Promettant de faire une déclaration après la oumra (petit pèlerinage), Idy adopte la stratégie du silence. Le nouveau talibé mouride aurait-il reçu un Ndiguël (consigne d’un guide religieux) dans ce sens ? Son attitude pourrait le laisser penser. Est-ce une stratégie de communication ? C’est aussi possible. Ce qui est clair et constant, c’est que l’ancien maire de Thiès vit reclus dans son antre du Point E où, selon certaines indiscrétions, il passe ses journées à recevoir, consulter, échanger et réfléchir. Au dernier rassemblement de l’opposition, personne ne l’a aperçu. Il a laissé ses camarades se faire gazer par les hommes d’Ali Ngouye Ndiaye. Et aucune explication n’avait été donnée par les instances de son parti sur cette absence. Ce, alors que, selon ses proches, il était bien présent à Dakar.
Le malheur des uns faisant le bonheur des autres, cette absence de Idy des radars propulse au-devant de la scène un certain Ousmane Sonko. C’est peu de dire que le leader de Pastef-Les patriotes a, par les temps qui courent, le vent en poupe. Bénéficiaire du buzz médiatique, Sonko s’en donne à cœur-joie. Il multiplie les sorties, distribue les coups de poing et en encaisse autant ou davantage. Son livre Solutions qui n’est pas passé inaperçu du côté du pouvoir lui vaut une contre-attaque où on note beaucoup de maladresses sur son cas. Au lieu de décortiquer les séquences de ce livre-programme, les thuriféraires du régime s’attaquent à sa foi, les uns allant jusqu’à le traiter de salafiste tandis que d’autres l’accusent d’être un adepte de Daesh, marié à deux femmes qui portent le niqab. Ce qui en fait la victime idéale qui a réussi, en un tour de main, à en faire l’alter ego du Président sortant. Idrissa Seck pourra-t-il casser ce début de bipolarisation. C’est dans l’ordre du possible. Mais, à condition qu’il sorte du bois.

Publicité
Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE